Cité mémoire: 375 ans en 32 minutes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Quatre nouveaux tableaux, dont un de 32 minutes, s'ajoutent au parcours de Cité mémoire dans le Vieux-Montréal, la conclusion d'un travail de six ans de Michel Lemieux et de Victor Pilon, en collaboration avec Michel Marc Bouchard.

Cité mémoire, c'est un parcours audiovisuel sur l'histoire de la ville, mais aussi le titre du plus long tableau de l'oeuvre de Michel Lemieux et de Victor Pilon. On peut commencer ou finir le parcours avec le tableau du même nom, qui peut être vu par le plus grand nombre de spectateurs, sur le Champ-de-Mars, avec son ambiant.

«C'est un poème visuel et musical à Montréal, résume Michel Lemieux. On y retrouve les personnages des autres tableaux et plus. C'est une fresque, un survol de l'histoire, même de la préhistoire quand Montréal était sous la mer, jusqu'à aujourd'hui; 375 ans en 32 minutes.»

Le plus long tableau du parcours montre aussi, avec l'aide d'images filmées par des drones, des lieux mythiques de Montréal comme le mont Royal, les ponts, les traces d'Expo 67, etc.

«Tout ça est mis en relation avec les humains, rappelle Michel Lemieux. Cité mémoire reste une oeuvre humaine à l'image de Montréal. On a tourné de nouvelles images avec Joe Beef et Émile Nelligan. Les faits sont importants, mais les liens entre eux sont aussi très intéressants.»

Trois autres tableaux

Parmi les quatre nouveaux tableaux, le dramaturge Michel Marc Bouchard a participé aux trois autres, qui racontent l'histoire de Jeanne Mance, l'influence du chef Kondiaronk dans la Grande Paix de Montréal et Expo 67.

Quatre nouveaux... (photo Jean-François Lemire, fournie par Shootstudio.ca) - image 2.0

Agrandir

photo Jean-François Lemire, fournie par Shootstudio.ca

«Il y a très peu de traces de Jeanne Mance. Je suis parti de l'idée d'une lettre qu'elle n'a jamais écrite et qui prend position en faveur de la survie du fort de Ville-Marie.»

Céline Bonnier incarne une Jeanne Mance décisive dans ce tableau de six minutes. Celui de la Grande Paix de Montréal parle des autochtones, tandis qu'Expo 67 est racontée par une hôtesse de l'événement.

«J'ai favorisé des situations porteuses d'émotions, dit le dramaturge. Montréal, c'est une histoire de femmes depuis le début. Quand on parle d'une époque en particulier, très rapidement, les femmes s'illustrent.»

Et après?

Cité mémoire se poursuivra toute l'année - 11 mois, en fait, afin de permettre l'entretien -, mais Michel Lemieux et Victor Pilon sont déjà sollicités par d'autres villes dans le monde pour adapter leur concept. 

L'application comprend aussi des réalités augmentées - comme des images de tramway - et des points d'intérêt écrits par des historiens. Puis, trois autres tableaux seront offerts cet été en intérieur pour compléter un parcours qui comptera 26 oeuvres au total. 

«On estime que plusieurs centaines de milliers de personnes ont vu Cité mémoire jusqu'à maintenant et ça continue jusqu'en 2019», explique Michel Lemieux.

Les deux complices travaillent aussi sur d'autres projets de spectacles, tandis que Toruk, leur mise en scène pour le Cirque du Soleil, d'après le film Avatar de James Cameron, continue sa tournée planétaire. 

«Cité mémoire va faire des petits», conclut Michel Lemieux.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer