Virée des galeries: René Derouin, l'intérieur du migrateur

Détail du « vitrail de papier » de René Derouin... (PHOTO FRANÇOIS LAFRANCE, FOURNIE PAR L'ARTISTE)

Agrandir

Détail du « vitrail de papier » de René Derouin intitulé La chapelle/La Capilla, une oeuvre monumentale amorcée à Percé et terminée dans son atelier de Val-David en 2009.

PHOTO FRANÇOIS LAFRANCE, FOURNIE PAR L'ARTISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

René Derouin est de retour... sur les routes de l'art. Le plus migrateur de nos créateurs a entamé cet été une autre de ses pérégrinations avec l'expo itinérante Les derniers territoires, installée jusqu'au 25 septembre au Musée des beaux-arts de Sherbrooke, avant de se rendre à la galerie Montcalm de Gatineau puis au Centre d'exposition de Rouyn-Noranda. 

Depuis plus de 50 ans, René Derouin n'a de cesse de s'inspirer de ses voyages pour graver son chemin intérieur dans le bois et le papier. L'expo Les derniers territoires est l'occasion de faire un survol des créations de 2000 à 2013 de ce maître de l'art québécois et de passer un bon moment parmi ses progénitures de papiers découpés et de bois pyrogravés. Des oeuvres élaborées au Mexique, en Europe, en Gaspésie, sur la Côte-Nord et dans son atelier de Val-David.

La grande salle du musée sherbrookois expose des bois reliefs de sa période Les derniers territoires, de 2013, quand il avait travaillé dans l'atelier de l'ancienne papeterie La Rolland, à Sainte-Adèle. S'inspirant de sa Série des lacs de 2001, il s'était mis à créer des oeuvres immenses (de 8 pi sur 8 pi ou 8 pi sur 16 pi) comme Les derniers territoires IV, un bois découpé qui évoque une carte géographique ou encore des blocs de glace s'entrechoquant sur un lac au printemps.

De la Série des lacs, on a quelques exemplaires de dessins au crayon feutre photocopiés et collés réalisés lors de son séjour dans un chalet du lac Labelle. Un hommage à la nature laurentienne et en même temps une cartographie locale. Pour laisser une trace.

VITRAIL DE PAPIER

Mais à Sherbrooke, c'est son « vitrail de papier », La chapelle/La Capilla, une oeuvre monumentale débutée à Percé en 2009, qui est en vedette. Un film de Michel Arsenault de 29 minutes nous présente l'élaboration de cette oeuvre dans la villa James, en face du rocher Percé. René Derouin y était en résidence pour ce projet inspiré d'une émotion vécue dans une chapelle de Puebla, au Mexique.

Le film déroule les étapes du processus créatif de Derouin. On le voit dessiner, sur de grandes feuilles de papier, des motifs qui découlent de ses observations sur la plage de Percé (roches, varech, poissons) et quelques-unes de ses figures récurrentes, notamment ses baigneuses.

Il procède ensuite au découpage des dessins avec un couteau à lame rétractable. Il assemble et colle ses papiers découpés et troués sur une autre feuille. Puis, utilise un appareil-photo pour prendre du recul et décider de changer, ici ou là, un aspect de ce « chantier d'art ».

À la fin, « peu à peu émergent de cette masse complexe et informe un personnage, un vitrail », dit René Derouin dans le catalogue de 132 pages, Derouin - Les derniers territoires, qui accompagne cette exposition itinérante.

La chapelle\La Capilla comprenait à l'origine 12 panneaux que Derouin avait exposés chez Circa, à Montréal, en 2009. Neuf d'entre eux forment l'oeuvre définitive. Exposé à Sherbrooke selon un demi-cercle, ce bel ensemble rétroéclairé circonscrit un espace qui rappelle une chapelle d'église. Un banc permet d'admirer, assis, ces grands panneaux de 1,20 m sur 0,79 m qui laissent passer la lumière comme un vitrail.

Graver la terre

Dans le reste de la salle, on a accroché son oeuvre Graver la terre, conçue pour l'édition 2015 de la Biennale internationale d'estampe contemporaine de Trois-Rivières : deux tondi en bois avec des reliefs qui leur confèrent l'allure de planètes, et un vieux râteau à foin pour nous remettre les pieds sur terre.

Le musée expose aussi des créations plus anciennes de Derouin et placées sous vitrine. Un dessin de 1985, Terremoto, qui évoque un tremblement de terre qu'il a vécu à Mexico. Et des oeuvres de jeunesse, comme Le soleil, à l'encre et aquarelle, qui fait partie d'un coffret de 35 dessins sorti en 1963. Ou encore quelques-uns de ses 51 dessins du coffret Michouette, de 1959-1960, réalisés dans son atelier de l'époque, à Saint-Eustache. Un exemplaire unique qui permet de constater que se dessine déjà, chez le jeune Derouin, cet attrait pour le mystique et l'humanisme avec une pointe de surréalisme, comme on le constate avec son dessin no VI dans lequel il lance un clin d'oeil appuyé à Dalí...

À noter que René Derouin présentera aussi son exposition Rapaces à la Galerie Éric Devlin (550, avenue Beaumont, à Montréal), du 8 septembre au 2 octobre. Il a également conçu une oeuvre murale, en cours de réalisation sur la rotonde de la bibliothèque de Mont-Tremblant, en partenariat avec l'organisme MU. Elle sera inaugurée le 29 septembre lors des Journées de la culture.

_________________________________

Les derniers territoires, de René Derouin

Au Musée des beaux-arts de Sherbrooke (241, rue Dufferin, Sherbrooke), jusqu'au 25 septembre

>>> Consultez le site de René Derouin

VINCENT ROUTHIER

Lauréat du prix Sylvie et Simon Blais 2016 (remis à un étudiant en arts visuels), Vincent Routhier a gagné le privilège d'exposer en solo à la galerie Simon Blais. L'artiste d'origine lyonnaise propose, jusqu'au 3 septembre, des dessins conceptuels qui évoquent les liens entre art et science. Ils s'inspirent notamment du théorème de Pythagore, de la duplication du carré ou encore de l'homothétie... Pour matheux esthètes seulement !

_____________________________

2 images de x, de Vincent Routhier, à la galerie Simon Blais (5420, boulevard Saint-Laurent, Montréal)

Jusqu'au 3 septembre

BIOTOPE

La division de la culture de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce présente, jusqu'au 18 septembre, le projet Biotope, né de la volonté de créer un programme éducatif sur l'architecture durable que représente le nouveau Centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce. Il s'agit d'une exposition sur des enjeux environnementaux, économiques, sociaux et culturels organisée en cinq installations qui sont réparties dans trois lieux de diffusion de l'arrondissement. Une visite guidée des oeuvres d'Andréanne Godin, Diane Landry, Zoné Vert, Ana Rewakowicz et Jannick Deslauriers sera organisée le samedi 17 septembre, sinon l'expo est accessible aux heures d'ouverture de ces lieux. 

____________________________

Pour information : 514 244-4538

ART DISTRICT MONTREAL

Samedi, au coucher du soleil, un événement d'art gratuit se déroulera à Griffintown dans le style des nuits artistiques et musicales de Miami. Organisé par le collectif Pop Art Montréal de Danielle Bédard et Julie Le Roy, Art District Montreal accueillera une dizaine d'artistes visuels tels que Camille Nepveu, Serge Belo, Fay Ninon, Twisted Kitties, Kikooshi (Marc Saffioti), l'illustrateur Olivier Dumoulin, l'artiste urbain Bezoland ou encore le graffiteur Scribe CSX. Expositions, performances et musique assurée par la DJ Danika Bass et Leticia Manfield aux percussions.

___________________________________________

Art District Montreal, au restaurant Shinji (1726, rue Notre-Dame Ouest)

Samedi à partir de 21 h

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer