Une exposition sur la Mésopotamie au Louvre en 2016

Le président français François Hollande lors de son... (Photo: AFP)

Agrandir

Le président français François Hollande lors de son passage au Louvre de Lens.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le Louvre, musée le plus visité au monde, organisera en 2016 une «grande exposition consacrée à la Mésopotamie», en réponse au saccage de sites archéologiques et de musées par le groupe État islamique, a annoncé le président français François Hollande.

L'exposition, «en étroite collaboration avec le musée national d'Irak», sera hébergée par l'antenne du Louvre délocalisée à Lens, dans le nord de la France, a précisé le chef de l'État lors d'une visite au musée parisien destinée à attirer l'attention sur ces destructions.

M. Hollande a également annoncé avoir demandé au Louvre «d'envoyer prochainement à Bagdad une mission d'expertise pour évaluer les moyens nécessaires à la préservation des trésors qui y sont conservés».

«Les conclusions de cette mission serviront à identifier de nouveaux axes de coopération entre la France et l'Irak», a-t-il précisé.

«Les archives des fouilles archéologiques françaises seront numérisées et mises à disposition de l'Irak parce que la numérisation est un moyen de diffuser des oeuvres et de permettre la diffusion du savoir à destination des scientifiques comme du grand-public», a-t-il poursuivi.

Le président Hollande a également annoncé une «étroite coopération» entre les universités françaises, l'Institut français du Proche-Orient et les universités irakiennes d'Erbil et de Soulaimaniah pour accueillir des doctorants irakiens.

Par ailleurs, selon le gouvernement français, «la France, en lien étroit avec l'UNESCO, travaille aussi à recenser les objets archéologiques présents en Irak».

Une ««liste rouge» d'urgence des antiquités irakiennes parue en 2003 sera mise à jour et publiée au printemps afin que les services des douanes puissent renforcer leurs moyens de contrôle», a-t-on précisé de même source.

«Elle permettra de lutter plus encore contre le trafic de trésors archéologiques, qui finance le terrorisme et détruit la mémoire commune», assure encore l'Élysée.

Fin février, l'organisation État islamique avait réduit en miettes des trésors archéologiques dans le musée de Mossoul, au nord de l'Irak. Début mars, des hommes de l'EI ont également pénétré avec des bulldozers dans Nimroud, un site archéologique au nord du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer