Quand l'appareil photo n'a plus besoin de l'homme...

Le Chemin, 2011, de la série 12 ans... (PHOTO ELINA BROTHERUS, FOURNIE PAR L'EXPOSITION)

Agrandir

Le Chemin, 2011, de la série 12 ans après (1999-2012)

PHOTO ELINA BROTHERUS, FOURNIE PAR L'EXPOSITION

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 13e Mois de la Photo sera l'événement phare de la rentrée des arts visuels à Montréal. Avec 25 expositions sur 14 sites, du 5 septembre au 5 octobre, le grand rendez-vous annuel de la photographie se paie le luxe d'un commissaire invité de prestige, l'éminent spécialiste britannique Paul Wombell, qui a choisi pour thème l'intelligence de l'appareil photo au XXIe siècle. Quand ce n'est pas l'objet mais l'homme qui est accessoire...

«Drone, l'image automatisée.» Tel est le thème du 13e Mois de la Photo à Montréal. Les artistes invités ont tous travaillé sur le thème de la place qu'a pris la technologie dans la démarche photographique et notamment, combien l'appareil photo moderne est devenu une extension de notre champ visuel.

Prenant l'exemple du drone, cet aéronef qui va voir et agir en lieu et place des militaires dans les endroits les plus reculés de la planète, le commissaire Paul Wombell estime que l'appareil photo numérique d'aujourd'hui a, comme le drone, sa propre individualité et sa propre intelligence. Comme un ordinateur. Il peut procéder à l'ajustement de la netteté sans que l'oeil humain ne soit nécessaire, voire même sans la présence humaine dans le cas d'une webcam ou de Google Street View.

Ce 13e Mois de la Photo est donc consacré à ces extraordinaires changements dans les relations entre l'homme et les différents yeux électroniques que sont les appareils photo, les caméras ou les télévisions en circuit fermé. Les expositions vont montrer ainsi comment cette nouvelle donne se traduit dans les travaux des photographes.

Chien robot

Le photographe New-Yorkais Craig Kalpakjian exposera chez Vox des photographies réalisées grâce au chien robot AIBO de Sony qui prend ses propres clichés et David K. Ross montrera un film sur le phare automatisé du toit de la Place Ville Marie.

Par ailleurs, on pourra voir ou revoir le film La région centrale de Michael Snow réalisé en 1971 et filmé dans le Nord-du-Québec grâce à une caméra fonctionnant avec un dispositif gyroscopique.

Les sites d'exposition sont le Centre canadien d'architecture, le Centre des arts actuels Skol, la Fonderie Darling, la galerie B-312, MAI (Montréal, arts interculturels), les maisons de la culture Frontenac, Marie-Uguay et Plateau-Mont-Royal, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée McCord Stewart, OPTICA, la galerie SBC et VOX.

25 artistes

Parmi les 25 artistes présents - provenant d'une dizaine de pays, citons la Finlandaise Elina Brotherus, les Montréalaises Jana Sterbak et Véronique Ducharme, la Japonaise Tomoko Sawada, l'Américaine Penelope Umbrico, l'Irlandais Donovan Wylie, les Américains Trevor Paglen et Craig Kalpakjian, l'Ontarien Max Dean, les Montréalais Michel Campeau, David K. Ross, Pascal Dufaux et Jon Rafman, le Français Raphaël Dallaporta, le Belge Mishka Henner et les Néerlandais Thijs groot Wassink et Ruben Lundgren qui forment WassinkLundgren.

Parmi les expositions à voir, citons celle du Musée des beaux-arts de Montréal qui proposera jusqu'au 10 novembre Splendeur et fétichisme industriels - La collection Bruce Anderson, une exposition sur le travail du photographe Michel Campeau sur l'appareil photo et la photographie analogique.

Au Carré d'art contemporain du MBAM, une exposition consacrée à la photo documentaire présentera des images de Michel Campeau.

En prison

Le Centre canadien d'architecture exposera Établissement carcéral: Donovan Wylie dès le 5 septembre et jusqu'au 5 janvier. Il s'agit d'un reportage sur les cellules et l'architecture de la prison mythique du Maze où étaient détenus les prisonniers lors du conflit en Irlande du Nord.

Parallèlement au Mois de la Photo, comme chaque année, les 156 meilleures photos de presse du monde entier seront présentées, du 4 au 29 septembre, dans le cadre du WORLD PRESS PHOTO 2013, au Marché Bonsecours. Et dans le même style photojournalistique, le Gesú présente depuis jeudi et jusqu'au 29 septembre Trop jeunes pour le mariage, un reportage sur les mariages forcés d'enfants réalisé par la photographe Stephanie Sinclair et présenté par Amnistie internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer