Illustre Anonymus

Daniel Souto, Oscar Souto, Carlos Araya et Jef... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Daniel Souto, Oscar Souto, Carlos Araya et Jef Fortin

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Faire du rock métal. Au Québec. En français. Depuis bientôt 26 ans. Impossible ? Pas quand on s'appelle Anonymus. Le vétéran groupe sera du festival Heavy Montréal aujourd'hui. Parfait pour souligner la sortie du septième CD du quatuor ! Baptisé, bien à propos, Envers et contre tous.

« On me l'a-tu dit assez souvent : pourquoi vous faites pas une "power ballad", les gars, vous feriez un peu d'argent ? Ou bien : ça va vous passer, le métal, c'est de la musique pour les ados, vous allez voir. Eille, pourquoi on changerait ? Le métal, c'est la musique qu'on aime faire ensemble ! »

Ah, ça fait du bien d'entendre Oscar Souto défendre sa musique, celle du groupe Anonymus, avec une telle ferveur.

Car il en faut, de la ferveur, pour tenir le coup : on ne se le cachera pas, les frères Oscar (voix, basse et parolier principal) et Daniel Souto (guitare et voix), Jef Fortin (guitare) et Carlos Araya (batterie) ont tous mal au dos, aux bras, aux cordes vocales, au corps en général. Mais ça ne les empêchera pas de continuer. « C'est pour cela, en partie, que j'ai conçu la pochette du disque, avec l'illustration d'un homme qui porte une longue cicatrice au dos : ça laisse des traces, le métal, confie Oscar, qui est aussi le concepteur graphique du groupe. Mais il est debout, cet homme, face au monde sens dessus dessous, c'est le seul qui a la tête dans le bon sens. »

ENVERS ET CONTRE TOUS

La tête dans le bon sens... ou qui se fait aller violemment de haut en bas, selon les règles de l'art du « headbanging ». Le nouvel album d'Anonymus ne fait pas de concession : Envers et contre tous, ça s'écoute fort, c'est brutal et ça décape l'oreille interne. On comprend néanmoins parfaitement les paroles, qui traitent bien sûr du démon, du mal et autres thèmes classiques du métal, mais aussi d'austérité, d'environnement, bref de notre société aujourd'hui. Tout ça dans la langue de Michel Tremblay.

« On trouvait important que le monde sache de quoi on parle et Jef [Fortin, guitariste du groupe, mais également réalisateur, preneur de son et mixeur de l'album] a fait un travail magnifique. C'est d'autant plus magnifique qu'il n'était pas "top shape" quand on a enregistré, mais là, sa santé va mieux.

« On a toujours eu des textes critiques sur la société, mais là, on avait envie de poser une couple de questions : pourquoi on te demande de travailler plus pour moins d'argent, mais aussi pourquoi tu chiales que tu n'as pas d'argent alors que tu n'hésites pas à te payer un téléphone intelligent et une connexion internet chaque mois ? »

- Oscar Souto, voix, basse et parolier principal d'Anonymus

« Pour ce qui est de la dernière toune [Chaque seconde compte], je trouvais ça important de dire qu'il vaut mieux essayer de faire quelque chose que de ne rien faire, poursuit le parolier d'Anonymus. On a une chanson qu'on a vraiment écrite en gang, et c'est Nous sommes. Ça fait longtemps qu'on a la musique, mais on a décidé d'écrire là-dessus l'histoire détaillée de nos 25 ans d'existence. Avec Marco [Calliari, chanteur et guitariste du groupe pendant plus de 15 ans], qui se fait une passe façon opéra sur la toune : c'est Marco ! Ça ne se pouvait juste pas, une chanson sur Anonymus sans Marco. »

L'album a été lancé au Musée du rock'n'roll, rue Ontario. Pensiez-vous vous retrouver un jour dans un musée, les gars ? « On pensait même pas avoir un band qui dure 26 ans ! », s'esclaffe le chanteur-bassiste.

HEAVY MONTRÉAL

Des festivals et des spectacles, le groupe en a plus d'un millier derrière le t-shirt, dont une bonne centaine en compagnie de Mononc'Serge, quand ce n'est pas en première partie d'Anthrax ou en tête d'affiche dans tous les festivals métal-hardcore du Québec, mais aussi aux États-Unis et en France.

Anonymus se produira au festival Heavy Montréal pour la deuxième fois seulement, aux côtés de Slipknot, NOFX, Faith No More, Korn, Iggy Pop et autre rugissante compagnie : « Pour nous, c'est une fierté d'être sur la même affiche que cette panoplie d'invités internationaux. C'est un festival qui est le fun, avec tout le monde qui chante et danse. Et tout le monde qui reprend le métro après [rires]. On y voit autant de têtes rasées que de têtes chauves, en plus ! Ça tombe bien, nous aussi, on est atypiques dans le métal : tout le long du show, on a le sourire étampé dans le visage. »

Sur la scène Molson Canadian aujourd'hui à 14 h 15, dans le cadre de Heavy Montréal.

Consultez le site du groupe : http://heavymontreal.com/fr/

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer