• Accueil > 
  • Arts 
  • > Paul Buissonneau s'éteint à 87 ans 

Paul Buissonneau s'éteint à 87 ans

  • Le 5 septembre dernier, Paul Buissonneau est devenu citoyen d'honneur de la Ville de Montréal. (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le 5 septembre dernier, Paul Buissonneau est devenu citoyen d'honneur de la Ville de Montréal.

    PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • Paul Buissonneau en 1971. (Photo: archives La Presse)

    Plein écran

    Paul Buissonneau en 1971.

    Photo: archives La Presse

  • 2 / 5
  • Toujours en 1971, Paul Buissonneau joue dans une adaptation de la pièce de Paul Zindel, <em>And Miss Reardon Drinks A Little</em>. Sur cette photo: le metteur en scène André Brassard, Germaine Giroux, Amulette Garneau, Andrée Lachapelle et Paul Buissonneau. (Photo: archives La Presse)

    Plein écran

    Toujours en 1971, Paul Buissonneau joue dans une adaptation de la pièce de Paul Zindel, And Miss Reardon Drinks A Little. Sur cette photo: le metteur en scène André Brassard, Germaine Giroux, Amulette Garneau, Andrée Lachapelle et Paul Buissonneau.

    Photo: archives La Presse

  • 3 / 5
  • Paul Buissonneau en novembre 2001. (Photo: archives La Presse)

    Plein écran

    Paul Buissonneau en novembre 2001.

    Photo: archives La Presse

  • 4 / 5
  • Paul Buissonneau entouré de Valérie Blais et Marie-France Lambert en 2003. Les trois comédiens se donnent la réplique dans Les précieuses ridicules. (Photo: Martin Tremblay, archives La Presse)

    Plein écran

    Paul Buissonneau entouré de Valérie Blais et Marie-France Lambert en 2003. Les trois comédiens se donnent la réplique dans Les précieuses ridicules.

    Photo: Martin Tremblay, archives La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Picolo, Picolo, je porte un petit chapeau. Quand je le mets sur ma tête, j'ai l'air d'une girouette. Entre nous, c'est rigolo, je vous lève mon chapeau», chantait Paul Buissonneau dans les années 60 à la télévision de Radio-Canada. C'est au tour du Québec de lever son chapeau à Paul Buissonneau. L'homme de théâtre est mort en fin de semaine à l'Hôtel-Dieu de Montréal, à l'âge de 87 ans.

Le plus français des artistes québécois était malade depuis une chute survenue chez lui il y a trois ans, qui avait nécessité son transfert à l'Hôtel-Dieu. Il était de retour à l'hôpital depuis quelques semaines. Dans la nuit de samedi à hier, son corps usé a lâché.

>>> Commentez sur le blogue de Richard Therrien

«Je lui ai fait une crème d'endives vendredi, il adorait ça et c'est la dernière chose qu'il a mangée avant de tomber dans le coma, a dit hier à La Presse sa conjointe, Monique Barbeau. Il était content d'en manger. On ne pensait pas qu'il partirait si vite. C'était très souffrant à la fin. C'est sûr qu'il n'en pouvait plus.

«Ce sont les reins qui ont commencé à mal fonctionner. C'est une délivrance pour lui, mais pas pour moi. On était ensemble depuis 35 ans. On s'était mariés il y a trois ans. Cela avait été de longues fiançailles.»

Depuis quelque temps, Paul Buissonneau était las de vivre. «Je me souviendrai toujours de sa vitalité, dit la comédienne et humoriste Valérie Blais, son amie depuis qu'elle avait joué dans Les précieuses ridicules, en 2003. Je pense qu'il est délivré, car ça le faisait souffrir de ne plus pouvoir se servir de ses jambes.

«Il aimait tant courir aux marchés aux puces. Il avait hâte de mourir, car il n'en pouvait plus et ses grands amis étaient morts. Je pense qu'il a vu une sortie et qu'il en a profité pour partir. Il doit déjà être en train de prendre un coup avec son ami Claude Léveillée.»

Inspirant et influent

Installé au Québec depuis 1949, Paul Buissonneau aura nourri l'esprit et fait rire plusieurs générations de Québécois, ayant été un personnage phare de la télévision et du théâtre. «Il a été inspirant et son influence s'est déployée dans tellement de domaines, dit Louise Richer, directrice de l'École nationale de l'humour. À commencer par l'Osstidcho, mais aussi La Roulotte. C'était un beau fou. Je ne sais pas si les gens savent à quel point cela a été un grand initiateur pour la culture québécoise.»

Dès son arrivée au Québec, Paul Buissonneau découvre Félix Leclerc, Guy Mauffette, Janine Sutto et Denise Pelletier. Au début, il fait des petits boulots, mais la création de la Roulotte en 1952 est le tournant de sa carrière. Le théâtre ambulant pour enfants se promenait de parc en parc à Montréal. Bien des artistes renommés y ont commencé leur carrière, notamment Yvon Deschamps, Clémence Desrochers, Claude Léveillée, Marcel Sabourin et Jean-Louis Millette.

La naissance du Quat'Sous

Ensuite, il a commencé à mettre en scène, à créer des défilés, mais aussi le Théâtre de Quat'Sous en 1955, qui s'installera avenue des Pins en 1965. Il en sera le directeur jusqu'en 1989. Des metteurs en scène de renom s'y sont produits, tels que Robert Lepage, Wajdi Mouawad ou René-Daniel Dubois.

Cinq pièces d'André Brassard et Michel Tremblay y ont été programmées entre 1969 et 1973, dont La duchesse de Langeais et À toi pour toujours, ta Marie-Lou.

«M. Buissonneau était formidable avec André et moi, nous a dit l'écrivain et dramaturge Michel Tremblay, hier. Nous avions une relation magique avec lui. Bien que le style de théâtre qu'on faisait était très différent du sien, il nous adorait. M. Buissonneau aimait découvrir des artistes et s'intéressait à des choses différentes. Avec ses collaborateurs au travail, il n'était pas du tout le personnage colérique et grande gueule qu'il était en entrevue à la télévision. Il ne criait jamais après personne au Quat'Sous. C'était un homme respectueux, gentil et très comique.»

Picolo et l'Osstidcho

En 1956, il crée le personnage de Picolo pour la télévision de Radio-Canada. En 1959, il est aussi Rouletaboule. En mai 1968, Paul Buissonneau met en scène l'Osstidcho, une création collective sur l'identité québécoise qui révèle au grand public Robert Charlebois, Yvon Deschamps, Louise Forestier et Mouffe.

Paul Buissonneau a joué dans une quinzaine de films, notamment Deux femmes en or et J'en suis!, de Claude Fournier. «Paul Buissonneau éteint, c'est comme imaginer que le mont Etna ne fera plus jamais irruption. Adieu, Paulo», a réagi Claude Fournier, hier.

Il restera l'homme des grands rires tonitruants, du caractère de cochon et des coups de gueule dans lesquels se cachait une grande tendresse. Sa contribution exceptionnelle à la scène théâtrale a été saluée en 1998 par le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène. Le 5 septembre dernier, il avait été fait citoyen d'honneur de la Ville de Montréal.

Homme de théâtre jusqu'au bout

En 2010, on avait inauguré une murale en son honneur à l'angle des rues Ontario Est et Beaudry. «De voir sa gueule en céramique, ça fait un peu bizarre», avait-il dit, ajoutant qu'il préparait ses propres funérailles, puisqu'il voulait que sa dernière mise en scène ne soit pas laissée au hasard.

«J'ai un mauvais souvenir d'un enterrement où je suis allé, avait-il dit à La Presse. Le son était mauvais. C'était minable et plate. J'étais furieux contre Jésus et contre le curé!» Paul Buissonneau disait avoir préparé «un paquet de collages» pour que les gens revoient les grands moments de sa vie lors de ses funérailles. «Je ferai une sorte d'exposition, avait-il dit. Comme musique, j'aimerais qu'il y ait la Messe créole, que j'adore. Et puis il y aura ma boîte à lunch avec mes vieux os dedans posée sur un escabeau...»

Il s'est même intéressé à la dernière mise en scène d'Yves Desgagnés, L'importance d'être Constant, actuellement à l'affiche du TNM. «Paul aurait aimé l'imagerie de ce spectacle [une tasse géante occupe la scène], dit Yves Desgagnés, qui est resté souvent à son chevet, ces derniers jours. Il aimait tout ce qui est plus grand que nature. C'était un grand fantaisiste. Il n'a jamais renié les drames, mais il croyait sincèrement que le théâtre devait créer de la joie.»

Une vie pas toujours rose

Paul Georges Buissonneau est né la veille de Noël 1926 à Paris. Cadet d'une famille pauvre de cinq enfants, il a perdu son père à 4 ans et sa mère, 11 ans plus tard. «Je me demande encore quel est le con qui a dit que l'argent ne fait pas le bonheur, sans doute un romantique hypocrite qui aurait dû prendre ma place», disait-il.

Quand La Presse lui avait demandé de raconter ses souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, il avait répondu qu'il avait eu faim et froid. Pompier volontaire en août 1944, il avait travaillé dans une usine qui transformait le charbon en gaz, puis dans une sellerie où il avait appris à faire des coussins, à rembourrer des sièges d'auto et à fabriquer des souliers, ce qui forgera son destin.

En effet, Paul Buissonneau a 15 ans quand il voit la pièce Le soulier de satin, de Paul Claudel, mise en scène par Jean-Louis Barrault à la Comédie-Française. C'est le coup de foudre. À la fin de la guerre, un producteur à qui il avait fabriqué une paire de chaussures - «avec le cuir d'une vieille valise de ma grand-mère» - l'engage comme régisseur dans une troupe de théâtre.

Il part en tournée sur le lieu du débarquement de Normandie pour jouer Le malade imaginaire. «Je n'avais jamais vu la mer, disait-il. J'arrive à Caen. Tout était effondré. Le producteur m'avait donné un numéro, mais il n'y avait plus de maisons! Finalement, je l'ai retrouvé dans un fond de cave. La première nuit, je me suis couché sur des gravats. On faisait des spectacles dans les mairies, dans les écoles, dans les écuries et les étables, près des vaches. Je me souviens d'avoir vidé des caisses d'obus pour faire une scène sur la plage.»

Après un feuilleton radiophonique, il devient membre des Compagnons de la chanson, un groupe de chanteurs. Il est présenté à Édith Piaf. Il visite avec elle une première fois Montréal en 1947. C'est le début de son aventure québécoise, qui aura duré 67 ans...

La twittosphère réagit

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La magie de la Roulotte

    Théâtre

    La magie de la Roulotte

    Artiste passionné et rassembleur, pédagogue inspiré et aimé, Paul Buissonneau a créé une véritable fabrique de comédiens avec la Roulotte, un banc... »

  • Paul Buissonneau en 10 dates

    Arts

    Paul Buissonneau en 10 dates

    24 décembre 1926 : Paul Buissonneau naît dans un quartier pauvre de Paris. Il est le cadet de trois frères et d'une soeur. «Mon enfance soi-disant... »

  • Hommages à Paul Buissonneau, l'homme de coeur

    Nouvelles

    Hommages à Paul Buissonneau, l'homme de coeur

    La communauté artistique montréalaise et les admirateurs de Paul Buissonneau ont rendu hommage, hier, à l'artiste d'origine française disparu le 30... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer