• Accueil > 
  • Affaires 
  • > Le Mexique investit 47,5 millions dans Luzia 

Cirque du Soleil

Le Mexique investit 47,5 millions dans Luzia

Le dernier spectacle du Cirque du Soleil, Luzia,... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

Le dernier spectacle du Cirque du Soleil, Luzia, a pour cadre le Mexique et a pour but de « développer un spectacle inspiré de l'histoire, la musique et la culture de notre pays », dit le secrétariat du Tourisme mexicain, sur son site internet.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Le gouvernement mexicain investira 47,5 millions de dollars dans la tournée mondiale de Luzia, du Cirque du Soleil, ces cinq prochaines années.

L'investissement a pour but de faire la promotion du pays, peut-on lire sur le site du secrétariat (ministère) du Tourisme mexicain (Sectur). « Cet investissement fait partie d'une stratégie du gouvernement pour promouvoir notre pays et contribuer à la diffusion de la richesse du Mexique sur la scène mondiale », lit-on.

Luzia, qui a été présenté en grande première mercredi à Montréal, a pour cadre le Mexique. Une commande du gouvernement mexicain ? Sur le site de Sectur, on peut lire qu'un « accord a été signé avec le Cirque du Soleil pour développer un spectacle inspiré de l'histoire, la musique et la culture de notre pays ».

« Ce n'est pas une commande, affirme toutefois Daniel Lamarre, PDG du Cirque. C'est une commandite. Nous n'avions aucune restriction. Nos créateurs n'auraient, de toute façon, jamais répondu favorablement à une commande. On se targue depuis toujours d'avoir le contrôle créatif de nos spectacles. »

L'inspiration d'un tel spectacle de tournée vient du succès d'un autre spectacle du Cirque qui a pour cadre le Mexique (Joyà) et qui est présenté sur la Riviera Maya depuis l'automne 2014. « Nous avons alors senti toute la richesse de cette culture », dit Daniel Lamarre.

Le Cirque a ensuite eu l'idée de développer un autre spectacle, de tournée cette fois, ayant pour cadre le pays, puis a sondé Sectur pour lui proposer de le commanditer. « Je suis allé faire une présentation au gouvernement », raconte Daniel Lamarre.

Une entente de partenariat d'une telle ampleur est une première. Mais le Cirque rappelle que des entreprises telles que le Mouvement Desjardins, DHL et SAP (logiciels) ont déjà commandité d'autres spectacles de tournée. « Ça fait partie de notre modèle d'affaires, soutient Daniel Lamarre. Mais c'est nouveau que ce soit un pays. »




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer