Un long feuilleton judiciaire tire à sa fin

La Cour suprême a refusé hier d'entendre la... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

La Cour suprême a refusé hier d'entendre la demande d'appel du syndic de Castor Holdings, qui était copropriétaire du Centre Eaton de Montréal (notre photo), dans une affaire de faillite qui traîne depuis 1992.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Sylvain Larocque
La Presse

La fin approche pour ce qui est devenu le plus long feuilleton de l'histoire judiciaire canadienne. La Cour suprême a refusé hier d'entendre la demande d'appel du syndic de Castor Holdings, qui était copropriétaire du Centre Eaton de Montréal, dans une affaire de faillite qui traîne depuis 1992.

Des dizaines d'investisseurs espèrent maintenant récupérer plus de 1 milliard de dollars auprès de PricewaterhouseCoopers (PwC) et de ses assureurs, les tribunaux ayant conclu que la vérification comptable effectuée chez Castor par l'un des ancêtres du cabinet, Coopers&Lybrand, avait été bâclée.

«La responsabilité de Coopers est maintenant établie dans ce dossier», a déclaré hier l'un des avocats des demandeurs, Mark Meland, de l'étude Fishman Flanz Meland Paquin. «C'est une très grande victoire.» PwC n'a pas voulu réagir hier.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer