Les paramédics d'Urgences-santé menacent à nouveau de faire la grève

Les conventions collectives des paramédics de Laval et... (PHOTO Archives La Presse)

Agrandir

Les conventions collectives des paramédics de Laval et Montréal sont échues depuis le 31 mars 2015.

PHOTO Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Faute d'une entente de principe complète, le syndicat représentant les paramédics de Laval et Montréal a annoncé, vendredi, qu'il déclencherait sous peu une nouvelle grève.

Dans un communiqué, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS), qui est affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), a expliqué que les membres du secteur du préhospitalier devaient se prononcer cette semaine sur l'entente survenue en juillet avec Urgences-santé, qui dessert les deux villes.

Au moment où l'entente avait été conclue, le syndicat avait accepté de repousser le vote à la demande du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, afin de permettre à ce dernier de finaliser certains détails, notamment en ce qui concerne le régime de retraite provincial.

Près de quatre mois plus tard, l'entente n'est toujours pas complétée et les syndiqués ont décidé d'augmenter la pression afin d'obtenir le règlement du conflit, prévenant que, «à moins d'un revirement», ils débrayeraient de nouveau «au moment jugé opportun».

Le syndicat a prévenu que les paramédics de l'ensemble du Québec se mobiliseraient dès la semaine prochaine pour «marquer un grand coup». Il a ajouté que les services directs à la population ne seraient pas touchés et que les moyens de pression auraient plutôt un effet sur les employeurs, les établissements de santé et de services sociaux ainsi que sur le gouvernement.

Les conventions collectives des paramédics de Laval et Montréal sont échues depuis le 31 mars 2015.

Dans le communiqué, le vice-président de la FSSS-CSN, Dany Lacasse, a mis le blocage actuel sur le compte de M. Barrette, lui reprochant d'entraver les progrès par rapport à la charge de travail et aux horaires, et d'avoir été incapable de régler la question du régime de retraite.

Le syndicat accuse également Urgences-santé d'avoir pris des «décisions unilatérales lourdes de conséquences» concernant la charge de travail, qui constitue l'un des enjeux les plus importants des négociations.

La FSSS-CSN représente environ 3600 paramédics, répartitrices, répartiteurs, employées et employés de soutien du préhospitalier, dont plus de 900 paramédics de la région du Grand Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer