Grippe: les autorités craignent que la population boude le vaccin

«En général, l'efficacité globale des vaccins antigrippaux varie... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«En général, l'efficacité globale des vaccins antigrippaux varie de 50% à 70%», note le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, qui rappelle l'importance de se faire vacciner.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À moins d'une semaine du lancement de la campagne annuelle de vaccination contre la grippe, les autorités craignent que le taux d'efficacité catastrophique du vaccin antigrippal l'an dernier - 0% - ne pousse plusieurs Québécois à ne pas se faire vacciner cette année.

La porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), Noémie Vanheuverzwijn, affirme que Québec «est sensible au fait que la situation de l'année dernière pourrait mener certaines personnes à hésiter à se faire vacciner». «C'est pourquoi le MSSS tient à rappeler que le vaccin demeure la meilleure protection contre la maladie et ses complications pour les personnes à risque», dit-elle.

«C'est certain qu'il y a des inquiétudes sur le terrain. Les gens vont peut-être extrapoler en fonction de ce qui s'est passé l'an dernier. Mais les chances que ça se reproduise cette année sont très minces», estime le Dr Jean Vincelette, directeur scientifique à la Clinique Santé-voyage de la Fondation du CHUM.

Une année à oublier

Dans le plus récent numéro du bulletin Flash grippe, publié vendredi, le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, revient sur les événements de l'an dernier. Il explique qu'en février de chaque année, l'Organisation mondiale de la Santé «tente d'anticiper quelles souches virales domineront la circulation» de la grippe durant l'année suivante.

Durant les huit mois suivants, les sociétés pharmaceutiques produisent les vaccins en fonction de ces prévisions. L'an dernier, «une dérive antigénique importante» a eu lieu, et certaines souches d'influenza circulant au Québec «étaient en majorité différentes de celles qui avaient été incluses dans le vaccin». La différence était telle que l'efficacité du vaccin a été nulle. La saison de la grippe de l'an dernier a d'ailleurs été l'une des plus intenses des dernières années.

En 2014-2015, 33% plus de tests de grippe ont été faits au Québec. Le nombre de tests positifs a atteint 37%, contre une moyenne de 19% depuis 2010.

«Heureusement, une telle situation demeure rare. En général, l'efficacité globale des vaccins antigrippaux varie de 50 à 70%», note le Dr Arruda, qui rappelle l'importance de se faire vacciner.

La campagne de vaccination contre la grippe 2015-2016 commencera le 1er novembre et «pourra se prolonger tant qu'il y aura une activité grippale importante», explique Mme Vanheuverzwijn.

Le vaccin est offert gratuitement à plusieurs personnes, dont les enfants de 6 à 23 mois, les personnes atteintes de maladies chroniques, les femmes enceintes et les personnes de 60 ans et plus.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer