Sobriété: les réunions face-à-face plus efficaces que le web

Un sondage international a déterminé que les rencontres face à face sont plus... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sheryl Ubelacker
Agence France-Presse

Un sondage international a déterminé que les rencontres face à face sont plus efficaces que les groupes de soutien en ligne pour épauler ceux qui combattent une dépendance à l'alcool, même si les plateformes web sont de plus en plus nombreuses.

Les résultats de cette enquête ont été présentés jeudi à la conférence annuelle de l'Association américaine de psychologie à Toronto.

Dans le cadre de cette étude, des chercheurs de l'Université Fielding Graduate de Santa Barbara, en Californie, ont recruté, par le biais de Facebook et d'autres réseaux sociaux, 196 adultes sobres depuis au moins un an.

Les participants ont rempli un questionnaire les interrogeant sur leurs comportements et leurs opinions relativement aux rencontres face à face, telles que celles des Alcooliques anonymes, et aux groupes de soutien en ligne.

De manière générale, les personnes sondées ont dit préférer les rencontres en personne. Les chercheurs ont toutefois remarqué une hausse de l'utilisation des plateformes web qui correspondait à une légère baisse du niveau de participation aux groupes traditionnels.

Le chercheur principal, Don Grant, a indiqué que ceux qui se déplaçaient en personne aux réunions avaient un plus haut taux de réussite.

M. Grant, qui est psychologue et conseiller en toxicomanie, a ajouté que même si les données ne démontrent pas un virage majeur vers les groupes de soutien en ligne, elles indiquent qu'il y a bel et bien une mouvance dans cette direction.

Il est important de comprendre ce que cela signifie pour les personnes cherchant de l'aide pour venir à bout de leur dépendance à l'alcool, a-t-il spécifié.

«Alors que de plus en plus de personnes s'enrôlent dans des groupes de soutien en ligne, les professionnels et les communautés plus traditionnelles se demandent quels impacts auront ces plateformes sur l'avenir des Alcooliques anonymes», a noté M. Grant.

«Lorsqu'on met en relation la courte période depuis que ces plateformes existent et le nombre de personnes qui y participent, la possibilité que leur popularité continue de croître me semble probable», a-t-il suggéré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer