Le web vient en aide à un homme atteint d'une leucémie

Matthew Schreindorfer et sa femme Katia Luciani sont... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Matthew Schreindorfer et sa femme Katia Luciani sont à New York, où l'homme a commencé des traitements de chimiothérapie.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'histoire d'un Lavallois de 25 ans atteint d'une leucémie envahissante et récalcitrante fait boule de neige sur les réseaux sociaux, si bien que le jeune homme est parvenu à récolter plus de 600 000$ afin de participer à un essai clinique prometteur à New York.

Hier soir, le total des dons envoyés à Matthew Schreindorfer, à qui l'on a diagnostiqué une leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) le 8 août, frôlait les 635 000$. Une somme impressionnante, enregistrée moins d'un mois après le début de la campagne de financement lancée sur le web par ses amis et sa famille, le 5 février.

L'objectif est ambitieux: récolter les 800 000$ nécessaires pour l'admission à l'essai clinique CART-19 de l'Institut du cancer Sloan Kettering, à New York, dont le taux de réussite frôle les 90%. «L'ampleur qu'a prise la campagne a surpassé nos attentes», a confié hier la femme de Matthew Schreindorfer, Katia Luciani, au cours d'un entretien avec La Presse.

Un dur retour de lune de miel

Le 22 juin dernier, trois jours après être entré au pays à la suite d'une lune de miel dans les Caraïbes, Matthew a ressenti des symptômes s'apparentant à ceux d'une grippe. Les médecins ont cru à une mononucléose.

«La biopsie du foie s'est faite le 6 août, et le 7 août nous avons su que c'était un cancer. Le 8 août, nous avons appris plus spécifiquement que c'était un LAL», a expliqué Mme Luciani. Le lendemain, Matthew commençait une chimiothérapie à la Cité-de-la-Santé, à Laval.

Malgré les multiples traitements, le jeune homme est toujours atteint de la leucémie. L'essai clinique new-yorkais devient la seule option, et la famille choisit donc de s'en remettre à la générosité du public. «Je pense que c'est le côté personnel de cette histoire qui a fait que ç'a marché», a analysé Thoma Daneau, consultant en stratégies marketing numériques.

Celui qui s'est intéressé à la campagne de l'Ice Bucket Challenge a avancé que l'élan de générosité que connaît la famille de Matthew n'aurait jamais existé sans les médias sociaux. «Je ne pense pas que ce sont les journaux qui ont fait la différence en rapportant son histoire, mais plutôt les partages des articles, qui permettent au message de circuler au-delà d'un texte ou d'un reportage.»

Autre gage de succès, selon le consultant: le jeune couple est «transparent», et il raconte une partie de son quotidien sur le site où il recueille les fonds.

Depuis le 21 février, Katia et Matthew partagent avec les internautes leur séjour à New York, où Matthew recevra à la mi-mars des «cellules T», soit ses propres globules blancs transformés en cellules «chasseuses».

«Deux ou trois semaines après l'infusion, nous serons en mesure de savoir si le traitement a fonctionné», a expliqué Mme Luciani, qui a dit n'avoir peur de rien, car elle croit que le traitement fonctionnera.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer