Québec s'apprête à encadrer les services offerts aux ex-premiers ministres

Les anciens premiers ministres Jean Charest et Pauline... (Photo Pascal Ratthé, archives Le Soleil)

Agrandir

Les anciens premiers ministres Jean Charest et Pauline Marois

Photo Pascal Ratthé, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline Plante
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le gouvernement Couillard présentera, vendredi, son projet de loi pour encadrer et uniformiser les services de transition offerts à un ancien premier ministre.

Actuellement, un ex-chef de gouvernement négocie de gré à gré une entente de service de trois ans avec le conseil exécutif de son successeur.

Il se voit normalement attribuer un bureau avec fournitures, une voiture, en plus des services d'un attaché politique et d'un garde du corps qui agit aussi comme chauffeur.

En novembre 2015, Pauline Marois avait soulevé un tollé lorsqu'elle s'était servie de son budget pour le soutien administratif pour commander une étude de Dominique Payette sur les médias dans la région de Québec.

Une motion avait d'ailleurs été adoptée à l'unanimité à l'époque demandant au gouvernement d'encadrer davantage ces services.

C'est ce que la ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme démocratique, Kathleen Weil, fera vendredi. Elle entend notamment réduire la durée des ententes et modifier la nature des services, tout en s'assurant de pouvoir permettre à l'ex-premier ministre une transition réussie.

L'entente qui liait Pauline Marois au conseil exécutif a pris fin le 31 juillet dernier. Le gouvernement Couillard a voulu attendre que l'entente vienne à échéance avant de déposer son projet de loi.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer