Le ton monte à Québec sur le «Bonjour! Hi!»

Des commerces sur la rue Saint-Catherine.... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Des commerces sur la rue Saint-Catherine.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ton est monté d'un cran à Québec entre libéraux et péquistes sur l'utilisation du «Bonjour! Hi!» que l'on entend parfois dans certains commerces de Montréal lorsque des employés accueillent les clients avec cette approche bilingue.

Pour le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, ce «symbole de la généralisation du bilinguisme», qui se serait amplifié depuis quatre ans, est un irritant que Philippe Couillard devrait dénoncer, a-t-il souhaité mercredi lors de la période des questions. 

«Moi, j'aimerais mieux qu'on dise bonjour, même si on est Québécois de langue anglaise. Beaucoup aiment mieux dire bonjour, d'ailleurs, parce que ça donne le visage de ce qu'est le Québec aujourd'hui», a répondu le premier ministre au cours de leur long échange.

Ce débat autour du «Bonjour! Hi!» suivait la publication en matinée des dernières données du recensement 2016 par Statistique Canada, qui révèle que l'utilisation prédominante du français dans les milieux de travail a légèrement reculé, bien que l'usage du français de façon régulière soit stable. 

«Donc, il y a des gens qui parlent le français et d'autres langues au travail. Il ne faut pas se surprendre de ça. Ça m'apparaît [comme] quelque chose à laquelle on doit s'attendre, compte tenu du profil de la population québécoise, notamment à Montréal», a affirmé Philippe Couillard au Salon bleu. 

Les commerces devraient-ils accueillir «tous les clients en disant bonjour» seulement, a de nombreuses fois questionné Jean-François Lisée? 

«Quelle question ridicule!», s'est exclamé le premier ministre. 

«On a deux exemples de politique de l'autre siècle ici. Cette politique de la peur, cette politique de la crainte, cette politique du repli. "Mon Dieu! On est maltraités, on est menacés au Québec! Les gens nous en veulent, notre langue est menacée." Moi, j'aime mieux parler avec confiance et fierté du Québec», a ajouté Philippe Couillard.

Après la période des questions, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est pour sa part dit «agacé» par le «Bonjour! Hi!». 

«La solution, on le dit depuis longtemps, [c'est de] beaucoup mieux franciser les immigrants. Il faut faire beaucoup de travail. Actuellement, c'est un échec, la francisation des immigrants», a-t-il dit.

À Québec solidaire, le co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois a pour sa part indiqué qu'il trouvait le «Bonjour! Hi!» «agaçant et irritant, c'est sûr».

«C'est une habitude qui s'est répandue et qui est franchement désagréable. Ceci étant dit, pour nous c'est un symptôme d'un problème qui est plus profond, qui est le fait que c'est de plus en plus difficile de travailler au Québec, et particulièrement à Montréal, en français», a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer