Congrès du PLQ: Jean Charest pourfend l'UPAC et les médias

«Je suis venu pour vous annoncer mon retour»,... (Photo Le Soleil)

Agrandir

«Je suis venu pour vous annoncer mon retour», a blagué M. Charest en prenant la parole.

Photo Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Lors d'une rare sortie publique, l'ex-premier ministre Jean Charest s'est permis samedi de critiquer sévèrement les méthodes de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Il reproche notamment au corps policier de couler des informations erronées aux médias et de lui manquer de respect.

Or, il convient de rappeler le principe de la présomption d'innocence, a soutenu M. Charest, lors d'une mêlée de presse, samedi soir, en marge des célébrations entourant le 150e anniversaire du Parti libéral du Québec (PLQ), au Centre des congrès de Québec.

Le nom de M. Charest, qui a quitté la vie politique en 2012, revient périodiquement dans les médias en lien avec des fuites associées à l'enquête policière Mâchurer, menée par l'UPAC depuis des années.

Cette enquête vise à faire la lumière sur des allégations de financement illégal du PLQ à l'époque où M. Charest en était le chef.

L'ancien premier ministre n'a pas ménagé l'UPAC dans ses commentaires, mais il a aussi égratigné au passage les médias qui ont publié, selon lui, des reportages censés révéler des morceaux de l'enquête, mais étalant en fait des faussetés et des informations sur sa vie privée.

Il s'est dit «très inquiet» de la tournure des événements.

«Ça m'affecte. Ça affecte ma famille. Ça affecte les gens qui sont près de moi», a déploré l'ancien premier ministre de 2003 à 2012.

«On doit se poser des questions sur la façon dont on traite les gens dans notre société», selon lui.

«Tout le monde jouit de la présomption d'innocence», dans notre système de justice, a rappelé M. Charest, qui ne fait l'objet d'aucune accusation.

À ce propos, il affirme par exemple avoir lu dans les journaux des reportages sur des déplacements qu'il aurait faits, mais qu'il n'a jamais effectués en réalité, et en les présentant de plus «comme si c'était très grave».

Il considère que l'UPAC subit beaucoup de pression de la part des médias.

Mais on ne réglera rien «en coulant en série dans les journaux des informations, en les montant en épingle dans certains cas. C'est vraiment gonflé à l'hélium», a-t-il noté.

«La politique me manque», avait avoué d'emblée M. Charest en se présentant devant les journalistes. Il  semblait en grande forme.

Plus tôt, il avait conquis sans difficulté les 1400 délégués libéraux réunis en congrès. Ils lui ont réservé un accueil plus que chaleureux.

Avant de monter sur scène, M. Charest avait pris un long bain de foule, serrant les mains, multipliant les accolades.

«Je suis venu pour vous annoncer mon retour», a blagué M. Charest en prenant la parole.

Les militants libéraux ont offert plusieurs ovations à leur ancien chef, qui n'avait rien perdu de ses qualités d'orateur.

Maniant l'humour avec assurance, M. Charest a retracé son parcours au sein du parti, affirmant sa fierté d'avoir associé son nom au PLQ, de 1998 à 2012.

Il a rendu hommage à son successeur, Philippe Couillard, qui était présent sur scène. Plus tard, M. Couillard a brandi une paire de gants de boxe, cadeau de M. Charest a-t-il dit, quand il a quitté la politique.

M. Charest s'est permis de commenter le climat politique actuel, en prévenant les militants libéraux qu'ils devraient livrer «une grosse bataille dans la prochaine année», une année électorale alors que le PLQ bat de l'aile dans les sondages, au profit de la CAQ.

Il a associé la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault au «ressentiment», au «dénigrement», au «populisme» et à la «démagogie».




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer