Le gouvernement libéral refuse de retirer le crucifix à l'Assemblée nationale

Le crucifix qui orne le Salon bleu de... (Photo archives PC)

Agrandir

Le crucifix qui orne le Salon bleu de l'Assemblée nationale a été installé par Maurice Duplessis en 1936.

Photo archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'adoption du projet de loi sur la neutralité religieuse de l'État n'y change rien: le gouvernement Couillard compte maintenir le crucifix qui orne le Salon bleu à l'Assemblée nationale.

La présidente du caucus libéral, Filomena Rotiroti, a confirmé mardi midi que son parti n'appuiera pas une motion de Québec solidaire qui vise à retirer la croix de la salle où délibèrent les parlementaires.

«On vient de sortir de notre caucus alors il y a un consentement où on ne donnera pas notre consentement à la motion qui a été déposée par Québec solidaire», a déclaré Mme Rotiroti.

«On est ouverts et inclusifs et on ne pense pas qu'on doit effacer le patrimoine historique», a-t-elle ajouté.

En matinée, plusieurs députés libéraux avaient exprimé leur appui au maintien du crucifix à l'Assemblée nationale.

«C'est le symbole qui est notamment patrimonial. Il y a beaucoup d'exemples qu'on pourrait ressortir, notamment au niveau de notre constitution qui parle du droit de dieu. Si on ouvre la porte [en enlevant le crucifix], va-t-on devoir [changer] notre constitution? Il y a une histoire derrière ça, c'est le rôle que ça représente dans l'histoire du Québec», a pour sa part affirmé Marie Montpetit, ministre de la Culture, qui est d'ailleurs responsable des dossiers concernant le patrimoine. 

«C'est historique, a pour sa part expliqué le député libéral Raymond Berner. J'y tiens certain.»

La motion de Québec solidaire précise «que la question du déplacement du crucifix ornant le Salon Bleu soit référée au Bureau de l'Assemblée nationale». Cette entité, où siègent les différents partis, est chargée d'établir et de faire appliquer les règles administratives sur le campus parlementaire.

Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois souhaitait que le gouvernement libéral fasse preuve de «cohérence» dans la foulée de l'adoption du projet de loi 62 sur la neutralité religieuse de l'État.

«Quand on l'accroche au-dessus du fauteuil du président, ce n'est pas un signal qu'on respecte l'histoire, c'est un signal qu'on veut être fidèle à la signification politique de ce crucifix-là, qui est très claire, l'alliance entre l'église et l'État au Québec», a dénoncé M. Nadeau-Dubois.

La Coalition avenir Québec a également refusé d'appuyer la motion solidaire. Son chef, François Legault, est favorable à ce que le crucifix reste à l'Assemblée nationale. 

«Ça fait partie du patrimoine québécois, puis on pense qu'il doit rester là», a-t-il dit.

Le Parti québécois a pour sa part appuyé l'initiative de QS. La députée Agnès Maltais avait indiqué la semaine dernière que son parti prônerait le retrait du crucifix si la question devait être débattue au BAN, mais qu'un gouvernement péquiste n'agirait pas en ce sens sans consensus.

Le crucifix qui orne le Salon bleu de l'Assemblée nationale a été installé par Maurice Duplessis en 1936. Québec solidaire a fait valoir que cet objet a été retiré dans les années 1980 et remplacé par une réplique.

- Avec la collaboration d'Hugo Pilon-Larose




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer