«La guerre est loin d'être finie», lance Philippe Couillard à Boeing

Le premier ministre Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Québec a été frappé «de façon injuste [et] arrogante» et se défendra face à Boeing et au gouvernement américain, a affirmé Philippe Couillard, mercredi, alors que la décision d'imposer des droits compensatoires de 220 % sur les C Series a créé un rare moment d'unanimité à l'Assemblée nationale.

«Le Québec a été attaqué, le Québec va résister, le Québec va se rassembler. On va tous défendre ensemble nos travailleurs», a déclaré mercredi matin dans le hall de l'édifice Honoré-Mercier, à l'Assemblée nationale, le premier ministre Philippe Couillard.

«Boeing a peut-être gagné une bataille, mais croyez-moi, la guerre est loin d'être finie», a-t-il poursuivi dans un ton combatif et solennel au cours d'une allocution prononcée en français et en anglais, pour que le message soit bien compris aux États-Unis.

«Pas un boulon, pas une pièce, pas un avion»

Le premier ministre Philippe Couillard critique sévèrement l'entreprise américaine Boeing, qu'il dit de «mauvaise foi» en accusant Québec de subventionner son secteur aéronautique.

«Je demande au gouvernement fédéral et au premier ministre Trudeau de maintenir la ligne dure, très dure. Pas un boulon, pas une pièce, bien sûr pas un avion venant de Boeing [vendu] au Canada tant que ce conflit n'est pas réglé de façon juste», a dit M. Couillard.

Si Ottawa achetait du géant américain des avions de chasse, par exemple, «je serais furieux, le Québec serait furieux, le Québec tout entier serait furieux», a précisé le premier ministre du Québec.

Boeing, a-t-il rappelé, est une entreprise qui a été «nourrie par des décennies de soutien gouvernemental qui a décidé d'éliminer un concurrent qui fait un meilleur produit».

La C Series, estime M. Couillard, représente des retombées économiques de près de 30 milliards et soutient 22 000 emplois aux États-Unis. La décision rendue hier par le département de commerce américain fera «souffrir» les travailleurs et l'économie américaine.

Unité à l'Assemblée nationale

La décision américaine d'imposer des droits compensatoires de 220 % sur les avions de la C Series a été unanimement décriée à l'Assemblée nationale. Pour une rare fois, les partis politiques ont serré les coudes pour se porter à la défense de Bombardier.

Le premier ministre Couillard a invité les leaders de l'opposition à l'accompagner à Washington pour mener des représentations auprès des autorités. Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec ont demandé - et obtenu - la tenue d'un débat d'urgence sur les sanctions américaines. 

Le chef péquiste Jean-François Lisée s'est dit prêt à travailler avec le gouvernement libéral pour forcer la main du gouvernement américain.

«Je suis parfaitement disposé à l'accompagner, à Washington ou ailleurs, pour faire la promotion de l'excellence québécoise qui est incarnée dans la C Series», a dit M. Lisée, qui a comparé le différend entre Bombardier et Boeing au combat de David contre Goliath.

Le chef caquiste François Legault a abondé dans le même sens. Il a lui aussi accepté l'invitation du premier ministre de l'accompagner dans ses démarches auprès du gouvernement américain. Il a souligné l'importance d'être «tous ensemble pour défendre les travailleurs de Bombardier».

M. Legault a pressé le premier ministre de demander une aide accrue du gouvernement fédéral pour faire face à la «période d'incertitude» qui devrait durer plusieurs mois.

«Le gouvernement du Québec a décidé d'investir 1,3 milliard de notre argent en capital-actions, a relevé M. Legault. Le fédéral a seulement investi 124 millions et c'est un prêt. Est-ce que le premier ministre a l'intention de s'asseoir avec le gouvernement fédéral pour rééquilibrer les risques ?»

Québec solidaire, qui avait vertement critiqué l'aide du gouvernement à Bombardier, a indiqué que la décision américaine met en relief les «problèmes majeurs» découlant des «accords économiques».

«Quand il s'agit des intérêts ultimes des États-Unis, ils sont prêts à aller en guerre, a indiqué le député Amir Khadir dans un communiqué. Cette fois-ci, il s'agit d'une guerre commerciale contre Bombardier et ce sont les travailleuses et les travailleurs qui en feront les frais.»

Réactions à Ottawa et Montréal

- À Ottawa, le premier ministre Justin Trudeau a réagi à la décision des autorités américaines, mercredi matin, sans toutefois répéter sa menace à l'endroit de Boeing.

«Évidemment, c'est une décision décevante, mais comme je l'ai toujours dit on va toujours se battre pour les emplois canadiens», a-t-il déclaré à l'entrée du caucus des députés libéraux.

Justin Trudeau avait menacé il y a quelques semaines de ne plus acheter à Boeing ses avions-chasseurs Super Hornet si l'entreprise ne retirait pas sa plainte.

- Le ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, estime que la décision du département du commerce américain en faveur de Boeing risque de teinter les négociations de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) en cours à Ottawa.

«C'est clair que nos homologues américains comprennent jusqu'à quel point nous sommes contrariés par cette décision et comment nous évaluons toutes nos options», a affirmé le ministre Champagne.

«Ça démontre aussi que Boeing n'est pas un partenaire fiable. On leur a dit en français en anglais et j'espère qu'ils ont compris le message», a-t-il signalé. Il a ajouté que les fournisseurs américains de Bombardier seront aussi touchés par cette décision et qui aura, par conséquent, un impact sur l'emploi aux États-Unis.

«C'est une décision qui a des impacts ici, mais c'est une décision qui a des impacts aussi aux États-Unis. Il y a 23 000 emplois qui dépendent de Bombardier aux États-Unis et donc on va contester cette décision», a fait valoir la ministre Mélanie Joly.

- «Le gouvernement fédéral a mal géré cette situation dès le début en choisissant de donner une subvention, et c'est à lui de défendre sa position devant les tribunaux. Nous sommes très préoccupés que (sa) décision (du gouvernement) puisse avoir un résultat pire que s'il n'avait jamais donné de subvention.» - Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

- Ces droits compensatoires sont injustes, selon le député conservateur Maxime Bernier qui blâme le gouvernement et le presse de s'entendre avec ses partenaires commerciaux pour limiter les subventions à l'industrie de l'aéronautique.

«Premièrement, le gouvernement du Canada a donné des munitions à Boeing avec son prêt de 372 millions, prêt où les conditions de remboursement n'ont pas été rendues publiques. Donc, ce sont des arguments dont Boeing s'est servi pour déposer sa plainte.»

- «Jusqu'à maintenant, tout ce que Justin Trudeau a réussi à faire, c'est de menacer d'annuler un contrat qui n'existe même pas. Est-ce qu'on peut avoir un premier ministre qui, lorsqu'il parle avec le président américain, soulève ces questions importantes de commerce ? Parce que si on se fait malmener comme c'est le cas en aérospatiale, tout le reste va suivre dans les négociations de l'ALENA.» - Thomas Mulcair, chef du Nouveau Parti démocratique

- Le Bloc québécois demande un débat d'urgence à la Chambre des communes pour discuter de la situation.

«On s'attend à ce que le premier ministre pose des gestes concrets, a affirmé le député Gabriel Ste-Marie. On ne peut pas l'échapper celle-là. Ce sont des milliers d'emplois pour Bombardier.»

Il estime que le Canada doit mettre sa menace à exécution et rejeter les Super Hornet de Boeing pour remplacer sa flotte vieillissante de CF-18.

- Invité à commenter le dossier, le maire de Montréal, Denis Coderre, n'a pas caché son inquiétude.

«On est toujours inquiet parce qu'on voit de la manière dont Boeing se comporte, a-t-il dit. Ce qui peut nous rassurer, si on peut parler de se rassurer, c'est que vous avez beaucoup d'intérêts américains et européens qui comprennent l'importance, que ça n'a pas de bon sens ce qui se passe aujourd'hui.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer