Pas de brèche dans la loi 101, tranchent les jeunes libéraux

Les jeunes libéraux ont rejeté par une forte... (PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE)

Agrandir

Les jeunes libéraux ont rejeté par une forte majorité l'idée de permettre l'accès à l'école anglaise à des élèves francophones. Des militants de Montréal avaient présenté une proposition en ce sens, truffée de fautes.

PHOTO IVANOH DEMERS, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Après un débat enflammé de plus de 30 minutes, les jeunes libéraux ont rejeté dimanche par une forte majorité l'idée de permettre l'accès à l'école anglaise à des élèves francophones.

Lors de leur congrès à Sherbrooke, des militants de Montréal ont présenté une proposition en ce sens, truffée de fautes.

Ils voulaient qu'un « nombre restreint » d'élèves, environ 1000, puissent fréquenter l'école anglaise dans le cadre d'un projet-pilote. Il faudrait qu'au moins l'un des parents ait étudié dans une école française au Canada pour participer à un tel programme selon eux. 

« Les médias disent qu'on fait une brèche dans la loi 101, ce n'est pas exactement le but. Le but ici, c'est de reconnaître que les anglophones ont contribué à l'essor du Québec, ont bâti des institutions essentielles qui font rayonner le Québec, a soutenu le président de la commission politique des jeunes libéraux de Montréal, Matthew Quadrini. « En raison de la loi 101, qui a eu un effet très positif au Québec (pour) réaffirmer sa culture francophone, un des résultats c'est que les institutions anglophones ont eu un long déclin dans le nombre de personnes qui s'(y) enregistrent. » 

Un autre militant a déclaré que les écoles anglaises sont en train de « mourir », alors que des écoles françaises sont bondées au point d'être en « surcapacité ». 

« Cette résolution vise l'avenir, l'avenir de notre province, l'avenir de notre pays. C'est un avenir bilingue que nous souhaitons », a lancé un autre. L'un de ses collègues, également anglophone, a ajouté qu'il se sent « méprisé » à l'extérieur du « West Island ».

Cinglant, un militant a soutenu au micro « Contre » que « la priorité est de protéger la langue française »  et que « ça passe d'abord par ne pas faire 11 fautes de français dans une proposition ». 

« Je ne pense pas que l'anglais est menacé en Amérique du nord, il faudrait relativiser les propos », a déclaré un autre, ajoutant que le français reste fragile.

« Ce n'est pas le bon message pour nous de remettre en question le fait français et d'enlever certaines restrictions qui existent. Il y a d'autres façons d'optimiser les ressources » pour répondre aux difficultés des écoles anglaises, a soutenu un jeune libéral. L'un de ses collègues a reproché à des jeunes libéraux de Montréal d'alimenter la « division » entre francophones et anglophones.

L'applaudimètre témoignait clairement que la proposition allait être battue. M. Quadrini a tenté en vain de retirer sa proposition pour qu'elle soit étudiée à un autre moment.

Après le rejet de la proposition, le président de la Commission jeunesse, Jonathan Marleau, a tenu à se présenter au micro pour rassurer les militants anglophones et relativiser l'issue du débat. « C'est seulement un vote. Parfois on perd des votes, d'autres fois on gagne », a-t-il dit.

Le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, responsable de la loi 101, paraissait soulagé. Le résultat du vote est « en cohérence avec les positions de notre gouvernement, a-t-il affirmé. Pour nous, il est très, très clair qu'il n'est pas question de rouvrir la loi 101. On a atteint un équilibre linguistique au Québec. »

Selon le député de D'Arcy-McGee, David Birnbaum, la loi 101 « a rendu la chose plus difficile » pour les écoles anglaises. Ce n'est pas « nécessairement irréconciliable » d'assurer à la fois leur pérennité et celle du français comme langue commune, a-t-il déclaré. « Mais ça ne veut pas dire qu'on démantèle la Charte de la langue française. » Il s'exprimait aux journalistes avant le débat.

« En dedans de la loi, y a-t-il des formules, des projets-pilotes, des choses à discuter ? J'imagine que oui », a ajouté cet ancien directeur de l'Association des commissions scolaires anglophones et du lobby anglophone Alliance Québec. « C'est une réalité que la Charte de la langue française limite l'accès à l'école anglaise. Est-ce que ça donne des défis aux écoles anglaises en terme de leur pérennité ? Il faut admettre que oui. Et est-ce que la Charte de la langue française fait consensus au Québec ? Je pense que oui. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer