L'ex-ministre Jacques Daoust est mort

Jacques Daoust... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Jacques Daoust

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ex-ministre Jacques Daoust a succombé à l'accident vasculaire cérébral (AVC) qu'il a subi la semaine dernière.

Il est mort vers 1h40, jeudi matin, à l'Institut neurologique de Montréal, a confirmé son fils, Sébastien Daoust.

M. Daoust était âgé de 69 ans. Il a été admis à l'hôpital de Verdun la semaine dernière après avoir ressenti un malaise à son domicile de L'Île-des-Soeurs. Il a été transféré à l'Institut neurologique, où son état était jugé «stable» il y a quelques jours encore.

La mort de l'ancien homme d'affaires et politicien a pris sa famille de court. Dans les heures précédentes, il montrait des signes de rétablissement. Il était notamment en mesure de contrôler ses mains.

«Il était un peu plus allumé et on sentait vraiment qu'il allait passer à travers, a relaté Sébastien Daoust. C'est un peu ça qui est cruel.»

Au moment où ses proches retrouvaient leur optimisme, un appel de l'hôpital les a informés que l'état de M. Daoust s'était détérioré.

«C'est un grand choc», a dit Sébastien Daoust.

Jacques Daoust laisse dans le deuil son épouse, deux fils, deux belles-filles et deux petites-filles.

Le premier ministre Philippe Couillard a rendu hommage à son ancien ministre et transmis ses condoléances à la famille lors d'un point de presse retransmis sur RDI.

«On doit lui être reconnaissants pour son service public, a déclaré M. Couillard. La politique, ce n'est jamais une chose facile. Il l'a connue, également, sous tous les angles. Mais aujourd'hui, pensons à l'homme, pensons à sa famille, pensons au service public.»

«C'est tellement une grande tristesse, je transmets mes sympathies à tous ses proches, c'était un grand homme, attachant, compétent, brillant», a commenté la ministre Kathleen Weil.

Sa collègue Lucie Charlebois a renchéri: «C'était un collègue très apprécié, j'ai beaucoup de peine, il avait un grand sens de l'humour qui ne paraissait pas toujours aux yeux du public.»

Après une carrière fructueuse dans le monde des affaires, Jacques Daoust a été président d'Investissement Québec de 2006 à 2013. Il s'est lancé en politique aux élections de 2014 avec le Parti libéral. Élu dans la circonscription de Verdun, il a été ministre de l'Économie, puis des Transports.

Il a quitté la politique il y a un an dans la foulée d'une controverse entourant la vente d'actions de RONA par Investissement Québec.

Depuis, il consacrait l'essentiel de son temps au vignoble dont il est propriétaire avec son fils, Les vignes des Bacchantes, à Hemmingford, en Montérégie.

Une carrière en affaires

Né à Verdun en 1948, Jacques Daoust a amorcé ses études universitaires à l'Université de Montréal, où il a obtenu un baccalauréat en arts. Il a ensuite obtenu un baccalauréat en administration des affaires de l'École des hautes études commerciales (HEC), ainsi qu'une maîtrise en administration des affaires de l'Université Laval.

M. Daoust a travaillé au ministère de la Défense nationale, aux Industries Valcartier et au groupe SNC.

Sa feuille de route est vaste en administration des affaires.

De 1986 à 1998, il a été premier vice-président aux ressources humaines et à l'administration de la Banque Nationale du Canada et premier vice-président du Trust Général du Canada. Il a ensuite été président et chef de la direction de Gestion de portefeuille Natcan, puis de Placements Banque Nationale.

Puis, pendant plusieurs années, il a oeuvré à la Banque Laurentienne, comme président et chef de la direction de BLC-Edmond de Rothschild gestion d'actifs, premier vice-président de Gestion du patrimoine et du courtage, premier vice-président des services financiers aux particuliers et président et chef de la direction de Trust La Laurentienne.

De 2006 à 2013, il a agi à titre de président et chef de la direction d'Investissement Québec.

Élu député du Parti libéral dans Verdun en avril 2014, Jacques Daoust a occupé les fonctions de ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations du 23 avril 2014 au 28 janvier 2016, puis de ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports jusqu'au 19 août 2016, date de sa démission comme député à la suite d'une controverse.

C'est pendant qu'il chapeautait le ministère de l'Économie que Québec a volé au secours de Bombardier en injectant 1 milliard US dans la multinationale québécoise afin de l'aider à compléter le développement de son avion commercial C Series, une décision ayant essuyé de nombreuses critiques.

Sa présence aux Transports a quant à elle notamment été marquée par le houleux dossier de la réglementation du service Uber, alors qu'il déposait un projet de loi encadrant l'industrie du taxi, qui fut adopté sous bâillon en juin 2016.

M. Daoust s'est par ailleurs retrouvé dans l'eau chaude en raison de son rôle présumé dans l'autorisation de la vente, par Investissement Québec, de 11 millions d'actions de RONA au géant américain Lowe's.

Les allégations entourant son implication ont provoqué son départ de la vie politique, même si l'ex-ministre a toujours assuré n'avoir pas eu vent de la transaction avant sa concrétisation.

- Avec La Presse canadienne et Agnès Gruda




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer