Couillard refuse que son gouvernement soit associé aux années Charest

Le premier ministre pourrait privilégier un remaniement à... (Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le premier ministre pourrait privilégier un remaniement à la fin du mois d'août, soit un peu avant la prochaine rentrée parlementaire, le 19 septembre.

Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard juge « totalement inacceptable » que son gouvernement soit associé au bilan éthique des années Charest.

En dressant le bilan de la session parlementaire, vendredi, le premier ministre a refusé toute association avec les pratiques qui avaient cours alors que son prédécesseur était à la barre du Parti libéral. 

« Depuis que je suis chef de parti, en mars 2013, depuis que je suis premier ministre en 2014, il n'y a rien, il n'y a pas d'éléments concrets, a affirmé M. Couillard. Alors de dire que des gens étaient présents dans une autre époque et que, par association, ils seraient coupables de quoi que ce soit, c'est totalement inacceptable. » 

Il a refusé de commenter la sortie de M. Charest, qui a indiqué à La Presse qu'il aurait souhaité témoigner publiquement devant la Commission Charbonneau, mais qu'il n'a pas eu l'occasion de le faire.

M. Charest est sous enquête de l'UPAC qui le soupçonne d'avoir touché un « pont d'or » au moment de se lancer en politique provinciale. L'ancienne vice-première ministre, Nathalie Normandeau, a été arrêtée l'an dernier et fait face à des accusations de corruption, fraude et abus de confiance.

Rien de ce qui est allégué à leur égard ne peut être rattaché à l'actuel gouvernement libéral, a assuré M. Couillard, qui était ministre de la Santé sous Jean Charest. 

« Je défie qui que ce soit de nommer une situation, un événement, un incident, qui n'est pas de la plus haute qualité en termes de normes éthiques, a-t-il dit. Voilà sur quoi je me concentre. » 

Un remaniement plus tard 

Le premier ministre a repoussé à plus tard un éventuel remaniement de son cabinet. Il a dit n'avoir aucun plan en ce sens à court terme.

« Si vous me demandez s'il va y avoir aujourd'hui, demain ou la semaine prochaine un remaniement ministériel, ma réponse est non, a dit M. Couillard. Mais je suis toujours à la recherche de façons d'améliorer mon équipe. » 

Le premier ministre avait déjà laissé entrevoir un remaniement, en janvier, lorsqu'il a procédé à un ajustement pour réintégrer Pierre Moreau au cabinet. Il avait alors affiché le désir de rajeunir son équipe. 

Questionné vendredi, M. Couillard a réitéré ce souhait, et émis celui d'intégrer davantage de femmes dans son équipe ministérielle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer