Le terrorisme doit être combattu «sans concession», dit Couillard

Un homme photographie une pancarte où il est... (Stefan Wermuth, REUTERS)

Agrandir

Un homme photographie une pancarte où il est écrit de prier pour Manchester.

Stefan Wermuth, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Croteau
Martin Croteau

Envoyé spécial

La Presse

(Tel-Aviv) Le terrorisme doit être combattu « sans concession », a déclaré Philippe Couillard, mardi, quelques heures après l'attentat sanglant qui a fait 22 morts en une soixantaine de blessés à Manchester, au Royaume-Uni.

« Ces gens-là ne font aucune concession, clairement, a dit M. Couillard, de passage à l'Université de Tel-Aviv. Lorsqu'on s'attaque à des jeunes, à des enfants, on ne fait pas de concession. »

« Alors lorsqu'on combat ces gens-là, il faut le faire sans concession, avec nos alliés. »

Le premier ministre, qui dirige une mission économique en Israël, a fait un parallèle entre l'explosion à la salle de concert à Manchester et l'attaque survenue en novembre 2015 au Bataclan, à Paris. Dans les deux cas, il s'agit d'une « attaque délibérée sur notre mode de vie ».

Ces gestes visent à inspirer la peur, à « dénormaliser » les activités en public, a dit M. Couillard, qui a appelé la population à ne pas céder à la peur.

« Il ne faut pas donner à ces gens, ces barbares, la victoire de nous amener à nous retirer sur nous-mêmes et à ne plus vouloir être ensemble dehors », a dénoncé M. Couillard.

Le premier ministre s'est entretenu avec le délégué général du Québec à Londres, Christos Sirros. Pour l'heure, rien n'indique que des Québécois ont été touchés par l'attentat de Manchester, mais ce n'est pas exclu.

Pour l'instant, il n'y a pas d'informations à l'effet qu'il y a des Québécois ou des Canadiens touchés, mais ça ne veut pas dire qu'il n'y en a pas », a affirmé M. Sirros à La Presse. « On a bon espoir qu'il n'y en aura pas, car c'est quand même une activité qui s'est déroulée à Manchester, où il y a moins de Québécois qu'à Londres. Mais bon, ça n'enlève rien à la tragédie de la chose pour tous ceux qui ont été des victimes. C'est un autre de ces incidents qui sont devenus non pas communs, mais un risque ambiant. » Le fleurdelisé a été mis en berne à la délégation générale. Des démarches sont en cours pour que le drapeau soit mis en berne à l'Assemblée nationale aussi.

- Avec Tommy Chouinard




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer