Philippe Couillard refuse de hisser le drapeau patriote

Le premier ministre du Québec, Philippe Couilllard... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couilllard

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

Philippe Couillard a refusé jeudi de hisser le drapeau patriote au parlement, un drapeau dont sa formation se réclame, mais «un symbole qui a été, à un moment tragique de notre histoire, lié à la violence».

Le premier ministre soutient que cet étendard qui unissait les partisans du gouvernement responsable en 1837-1838 a été «récupéré» par le mouvement indépendantiste «en lui donnant une vertu séparatiste». L'opposition officielle a condamné M. Couillard «qui a honte de l'histoire du Québec».

M. Couillard avait pourtant rappelé dans un texte il y a quelques années que le Parti libéral avait comme origine le mouvement patriote et que son drapeau, un tricolore à bandes horizontales verte, blanche et rouge, était déjà un signe d'inclusion, puisqu'il symbolisait respectivement l'Irlande, la France et l'Angleterre.

Mais à la période de questions jeudi, au chef péquiste Jean-François Lisée qui lui demandait de hisser l'étendard à une des tours du parlement pour la Journée nationale des patriotes lundi, le premier ministre a dit qu'il paraît difficile de penser que cela va déclencher l'unanimité dans la population, à la suite de l'appropriation unilatérale de ce symbole par le mouvement indépendantiste et d'autres organisations moins intéressantes, selon ses mots.

M. Couillard a aussi affirmé que c'était un symbole lié à la violence, faisant allusion ainsi à son usage par le Front de libération du Québec (FLQ) dans les années 1960-1970.

Le chef de l'opposition officielle a tiré à boulets rouges sur son adversaire libéral. M. Lisée a plutôt fait valoir que les patriotes de 1837-1838 sont rassembleurs parce qu'ils se sont battus pour la démocratie.

Il a affirmé que ni Jean Lesage, ni Jean Charest, ni Robert Bourassa, tous des premiers ministres libéraux, n'avaient dénoncé le drapeau des patriotes.

M. Lisée a dit qu'il faut soit assumer l'histoire du Québec, ses symboles, ses valeurs, ou soit en avoir honte, et qu'il avait donc vu un premier ministre qui a honte de l'histoire du Québec.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer