Les libéraux refusent de hisser le drapeau des Patriotes

Marche des Patriotes au centre-ville de Montréal, le 22... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Marche des Patriotes au centre-ville de Montréal, le 22 mai 2015.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Les libéraux ont refusé jeudi qu'on hisse le drapeau des Patriotes à un des mâts du parlement.

L'opposition officielle a proposé une motion après la période de questions, avec l'appui de la Coalition avenir Québec (CAQ), mais le gouvernement a refusé d'en débattre.

Le libellé proposait que l'étendard de la Rébellion de 1837-1838 flotte sur l'édifice du parlement et dans les municipalités dans le cadre de la Journée nationale des Patriotes, soit le lundi 22 mai, un jour férié au Québec.

Le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet, a présenté la motion, mais le leader parlementaire adjoint du gouvernement, Marc Tanguay, a refusé son consentement pour un débat.

L'élu péquiste s'explique mal pourquoi les libéraux ont refusé et en a déduit que le «parti au pouvoir ne veut pas qu'on souligne ce moment de l'histoire», alors que pourtant le drapeau des Acadiens a déjà flotté à un des mâts de l'Assemblée.

«Je présume qu'il y a quelque chose qui dérange, mais malheureusement, je ne suis pas capable de dire quoi», a-t-il dit dans une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne en après-midi, en ajoutant qu'il était pourtant prêt à recevoir des amendements du Parti libéral.

L'intention n'était pas non plus de le faire flotter au mât de la tour centrale, réservé au fleurdelisé, mais sur un des deux mâts latéraux, aux angles de la façade du bâtiment.

Selon M. Ouellet, il était «original et essentiel» d'arborer ce drapeau pour commémorer ce mouvement. «Les Patriotes, leur combat, leur sacrifice ont eu un impact énorme sur la suite de la politique au Québec, alors de ne pas vouloir le souligner, j'ai du mal à me l'expliquer», a-t-il dit.

Les termes «patriote» et «Parti patriote» figurent d'ailleurs bel et bien dans l'Encyclopédie du parlementarisme québécois, qu'on retrouve sur le site internet de l'Assemblée nationale.

L'attachée de presse du leader du gouvernement, Karla Duval , a répondu en soirée par courriel à notre demande d'entrevue .

«Notre formation politique a toujours apporté sa voix pour souligner, comme il se doit, la Journée nationale des Patriotes. Notre engagement à commémorer annuellement la Journée des Patriotes va au-delà du symbole que représente le drapeau des Patriotes. Il appartient à chacun de souligner comme il l'entend cette journée nationale.»

Le drapeau des Patriotes est une bannière encore méconnue au Québec. Il s'agit d'un tricolore à bandes horizontales, une verte, une blanche et une rouge, qui représentent respectivement les peuples irlandais, français et anglais, selon un site spécialisé dans l'histoire des Patriotes.

Dans une de ses variantes, en son centre, on retrouve le profil d'un vieux combattant de 1837 en marche, portant une ceinture fléchée et armé d'un fusil.

La Société Saint-Jean-Baptiste a repris l'étendard des Patriotes après l'écrasement de la rébellion. Encore aujourd'hui, il figure sur le site de l'organisme, qui célèbre chaque année la Journée des Patriotes.

Les Patriotes formaient un parti au XIXe siècle. Ils étaient les partisans «des réformes qui auraient assuré une plus grande autonomie du Bas-Canada et de ses institutions politiques», peut-on lire dans l'Encyclopédie du parlementarisme québécois.

Après le refus de leurs revendications par le gouvernement de Londres, ils sont entrés dans la lutte armée et ils ont été écrasés par les troupes coloniales britanniques.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer