Aide sociale: Québec a sous-estimé l'impact des coupes

Dans le cadre de sa réforme de l'aide... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Dans le cadre de sa réforme de l'aide sociale, Québec a notamment réduit l'aide financière versée aux prestataires qui séjournent dans un centre de désintoxication afin de régler un problème de dépendance.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le gouvernement Couillard a sous-estimé l'impact de ses coupes à l'aide sociale réalisées au printemps 2015. Plus de prestataires que prévu sont touchés par le resserrement des règles, révèlent des données diffusées dans le cadre de l'étude des crédits budgétaires du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale, à l'Assemblée nationale. Survol.

Trois fois plus de prestataires que prévu ont... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Trois fois plus de prestataires que prévu ont perdu l'admissibilité à l'aide sociale parce qu'ils se sont absentés du Québec pour plus de 15 jours cumulatifs ou pour plus de 7 jours consécutifs dans le même mois.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

LES « VOYAGEURS » ÉCOPENT

Trois fois plus de prestataires que prévu ont perdu l'admissibilité à l'aide sociale parce qu'ils se sont absentés du Québec pour plus de 15 jours cumulatifs ou pour plus de 7 jours consécutifs dans le même mois. Avant la réforme de 2015, un prestataire pouvait séjourner jusqu'à un mois à l'extérieur de la province. Ainsi, 1396 personnes ont perdu leur admissibilité entre le 1er avril 2016 et le 31 janvier dernier, donc durant 10 des 12 mois de la dernière année financière, selon le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Québec prévoyait seulement 460 personnes par année. Étrangement, le gouvernement dit avoir fait des économies de 572 000 $ durant la période concernée, alors qu'il prévoyait 1,8 million annuellement, avec trois fois moins de personnes touchées.

PLUS DE CAS DE REVENUS NON DÉCLARÉS

Québec pénalise davantage les bénéficiaires de l'aide sociale qui ne déclarent pas tous leurs revenus de travail avec diligence. Avant 2015, les contrevenants devaient rembourser la somme des revenus qui excède l'exemption de 200 $ par mois. Dorénavant, ils doivent également retourner la valeur de l'exemption. Québec estimait que près de 5000 prestataires n'avaient pas déclaré tous leurs revenus en 2013-2014. Or, 6115 ménages ont été touchés par la mesure entre le 1er avril 2016 et le 31 janvier dernier. Les économies pour l'État dépassent les attentes : 1,8 million, au lieu de 1 million.

MOINS DE PERSONNES EN DÉSINTOXICATION

Québec a réduit l'aide financière versée aux prestataires qui séjournent dans un centre de désintoxication afin de régler un problème de dépendance. Le chèque est passé de 746 $ à 200 $ par mois. Un bénéficiaire ayant un logement peut toutefois toucher jusqu'à un maximum de 616 $, le gouvernement voulant éviter qu'il ne le perde pendant son séjour dans un centre. Québec a justifié la coupe en disant que le gîte et le couvert sont payés par l'État et que les bénéficiaires de l'aide sociale hébergés n'ont pas besoin d'une pleine prestation. Résultat : moins de bénéficiaires suivent une thérapie dans ces centres depuis que le gouvernement a réduit la prestation. En 2013-2014, avant la réforme, 6479 bénéficiaires de l'aide sociale avaient séjourné dans un centre de désintoxication. Il y en avait 4929 qui avaient fait de même entre le 1er avril 2016 et le 31 janvier dernier. Il faut s'attendre à ce que ce soit environ 5800 pour toute l'année. Après 10 mois, les économies ont déjà atteint la cible annuelle attendue par le gouvernement : 6 millions.

PLUS DE MÉNAGES PROPRIÉTAIRES TOUCHÉS

La valeur d'une maison n'était plus prise en compte dans le calcul de la prestation depuis 2007. Avec la réforme de 2015, au-delà de 142 000 $ ou de 203 000 $ selon la catégorie de prestataires, la valeur de la maison a un impact sur le montant du chèque. Au total, 431 ménages pourraient être visés, disait Québec en 2015. Ce sont plutôt 636 ménages qui ont été touchés entre le 1er avril et le 31 janvier dernier. Les économies pour l'État sont de 897 000 $ au lieu des 2,2 millions anticipés, une différence étonnante dans les circonstances.

LA LOCATION DE CHAMBRES DANS LA LIGNE DE MIRE

Depuis 2015, Québec tient compte des revenus que tire un prestataire en louant deux chambres ou plus. C'était trois ou plus auparavant. De plus, la somme mensuelle comptabilisée aux fins du calcul de la prestation est passée de 85 $ à 125 $ par personne. Québec estimait qu'il récupérerait ainsi 5,4 millions auprès de 4200 ménages. Ce fut 2,5 millions auprès de 3147 ménages entre le 1er avril 2016 et le 31 janvier dernier. C'est la seule mesure qui touche moins de prestataires que prévu.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer