Le gouvernement britannique a du sang sur les mains, selon Amir Khadir

Des gens déposent des fleurs à la suite... (Daniel LEAL-OLIVAS, AFP)

Agrandir

Des gens déposent des fleurs à la suite de l'attentat de Londres.

Daniel LEAL-OLIVAS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

L'Assemblée nationale a rendu hommage jeudi aux victimes de l'attentat de Londres, mais le député Amir Khadir, de Québec solidaire, a souligné que «le gouvernement britannique a du sang sur les mains».

Il tient le Royaume-Uni responsable d'avoir propagé la guerre partout par ses interventions en Afghanistan, en Irak et en Syrie.

Le hasard voulait qu'une délégation de députés du Parlement de Westminster à Londres était en visite dans les tribunes de l'Assemblée nationale jeudi matin.

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, les a d'abord salués et ils ont été longuement applaudis par les élus québécois.

Une motion a été adoptée à l'unanimité pour exprimer la solidarité du peuple québécois et condamner ce «crime incompréhensible et révoltant qui s'attaque aux fondements mêmes d'une société démocratique et inclusive». Puis, les parlementaires ont observé une minute de silence.

Par la suite, en conférence de presse, Amir Khadir a rappelé que le Royaume-Uni avait envahi l'Irak aux côtés des États-Unis en 2003 et qu'il fallait admettre sa responsabilité, sans quoi la solidarité envers le peuple britannique n'était pas entière.

«Nous sommes tous collectivement responsables, les payeurs de taxes que nous sommes, les électeurs que nous sommes, nous sommes responsables, a-t-il dit. Ce sont les gens qu'on élit qui vont lancer les guerres.»

Appelé à préciser sa pensée, le député de QS a affirmé que personne d'autre ne veut l'admettre, mais qu'il faut bien être capable de le dire: on déplore les victimes civiles, mais on vend des armes en Arabie saoudite et on fait des «frappes indiscernées» partout dans le monde. En ce sens, le gouvernement britannique est responsable de l'attentat de Londres, selon lui.

«Bien sûr que le gouvernement britannique a du sang sur les mains en Irak, en Afghanistan, en Somalie. Cette guerre-là n'est plus confinée en Irak, en Afghanistan, en Syrie, elle se propage partout», a-t-il dit.

Les autres parlementaires ont été plus mesurés dans leurs déclarations. En l'absence de Philippe Couillard, c'est la vice-première ministre, Lise Thériault, qui a pris la parole à l'Assemblée nationale et qui a notamment fait savoir que le drapeau fleudelisé à la Délégation générale du Québec à Londres avait été mis en berne, ainsi qu'au Parlement dans la Vieille-Capitale.

«Les Britanniques en ont vu d'autres dans leur histoire et je suis convaincu qu'ils trouveront le courage de résister à la peur, a pour sa part déclaré le chef caquiste François Legault. Leur démocratie est forte, ils peuvent compter sur le soutien indéfectible du peuple québécois.»

Le porte-parole péquiste en matière de relations internationales, Stéphane Bergeron, a pour sa part rappelé que l'attaque avait eu lieu devant le Parlement de Westminster, qui est à l'origine des institutions parlementaires québécoises.

C'est, a-t-il dit, «la mère de notre Parlement. (...) Le Parlement, c'est la maison du peuple. Attaquer cette institution, c'est attaquer l'essence même de la démocratique, de la liberté».

Rappelons que l'attentat survenu en plein coeur de Londres a fait trois morts. Son auteur, Khalid Masood, aurait lancé son véhicule contre la foule sur le trottoir d'un pont avant d'aller fracasser la grille du parlement. Il aurait ensuite poignardé à mort un policier avant d'être abattu. Vingt-neuf personnes ont été blessées.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer