Signalement obligatoire de la maltraitance: Charbonneau n'est pas opposée

La ministre des Aînés, Francine Charbonneau... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

La ministre des Aînés, Francine Charbonneau

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La ministre des Aînés, Francine Charbonneau, est ouverte à la discussion dans le débat autour du projet de loi 115 sur la maltraitance des aînés.

Elle n'est pas fermée à l'idée que l'on puisse rendre obligatoire le signalement de mauvais traitements, mais prévient qu'il n'est pas facile de circonscrire cette obligation. Elle réagissait à la nouvelle de La Presse hier.

L'ex-ministre des Aînés, Marguerite Blais, joignait sa voix à celle du caquiste François Paradis pour que les employés des centres d'accueil soient tenus de dénoncer la maltraitance dont ils étaient témoins ; le projet de loi actuel leur assure déjà la protection de leur poste s'ils dénoncent une situation inacceptable. « Le projet de loi est étudié article par article.

Ce n'est pas terminé tant que ce n'est pas terminé. Le projet de loi s'adresse à l'ensemble de la population, pour toutes les personnes en situation de vulnérabilité » rappelle la ministre Charbonneau.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer