François Legault confirme la réception de lettres de menaces à Nathalie Roy

La députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy.... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

La députée caquiste de Montarville, Nathalie Roy.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a confirmé mardi que la députée Nathalie Roy avait reçu des lettres de menaces, qu'elle a attribuées à des extrémistes religieux.

C'est le Journal de Québec qui a révélé l'information dans son édition de mardi. Il établit un lien entre ces menaces et les prises de position identitaires de la députée caquiste de Montarville.

Interrogé à ce sujet, alors qu'il rencontrait la presse à Montréal pour annoncer la nomination de Sonia LeBel comme directrice adjointe de son cabinet, le chef François Legault a simplement confirmé la nouvelle, en ajoutant que l'information avait été transmise à la Sûreté du Québec sur-le-champ.

«Dès que c'est arrivé, on a transmis l'information à la Sûreté du Québec. Donc, on prend ça au sérieux. Par contre, on ne fera pas d'autres commentaires. Mme Roy souhaite qu'on garde ça quand même privé et confidentiel», a répondu M. Legault.

Interrogé à savoir si d'autres députés de la CAQ avaient reçu de semblables lettres, M. Legault a répondu par la négative. «Non. Il peut y avoir des commentaires parfois sur les médias sociaux, là, mais il n'y a pas de menaces comme dans le cas de Mme Roy», a-t-il conclu.

Selon le Journal, le message reçu par la députée caquiste faisait état d'un traitement «inacceptable» des «musulmans» par la formation politique. L'auteur y ajoutait qu'elle devait «arrêter» sa «propagande anti-musulmane» à défaut de quoi elle serait prise à son propre jeu. «Nous avons les moyens de nous défendre et nous le ferons pour contrer votre propagande», affirmait l'auteur.

La députée a déjà confirmé la nouvelle au Journal, précisant qu'elle n'avait pas voulu révéler l'existence des menaces afin de ne pas accorder de visibilité et de crédibilité à leur(s) auteur(s).

«Hors de question, donc, de me laisser intimider par des extrémistes religieux qui veulent m'empêcher, par un discours violent et menaçant, de tenir un débat démocratique», avait-elle commenté.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer