PLQ, PQ, CAQ et QS optimistes sur les résultats des partielles

À la veille des élections partielles dans quatre circonscriptions du Québec,... (Photo Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Photo Archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

À la veille des élections partielles dans quatre circonscriptions du Québec, les quatre principaux partis sont gonflés à bloc sur la possibilité de faire des gains auprès des électeurs.

Ces élections seront importantes pour mesurer les appuis du gouvernement libéral, qui est au pouvoir depuis près de trois ans, mais aussi ceux du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui subit son premier test électoral.

«Nos indications, c'est qu'on est compétitif dans les quatre cas. On est très confiant pour Saint-Jérôme et Marie-Victorin, mais il pourrait y avoir des surprises dans Arthabaska (...) Tous les espoirs sont permis», a confié M. Lisée en entrevue téléphonique.

Le chef péquiste reconnaît que ces élections seront un test pour lui, alors que ses appuis ont varié en dents de scie dans les sondages depuis son élection à la tête du PQ, il y a deux mois. «Je trouve ça normal. Je me suis investi beaucoup dans les partielles. Ça va faire partie de l'évaluation, la qualité des résultats qu'on aura», a-t-il dit.

Le PQ espère maintenir dans son giron Marie-Victorin, qui était représentée par Bernard Drainville, alors que le PLQ entend regagner Verdun, laissée vacante à la suite de la démission du ministre Jacques Daoust, mais le parti gouvernemental a aussi des ambitions du côté d'Arthabaska.

La députée libérale de Chauveau, Véronyque Tremblay, estime que le Parti libéral pourrait faire des gains dans Arthabaska. Mme Tremblay, qui avait elle-même ravi un siège caquiste en juin 2015, perçoit beaucoup de similitudes entre le contexte de sa victoire et la situation dans Arthabaska.

«Gérard Deltell était très apprécié dans le comté de Chauveau, mais François Legault l'avait en quelque sorte mis de côté (...) Sylvie Roy avait quitté la CAQ parce qu'elle était insatisfaite, et elle avait décidé de siéger comme indépendante. Les gens sont déçus de la façon dont il (M. Legault) a traité Sylvie Roy», a-t-elle expliqué.

Selon elle, les Québécois témoigneront de leur satisfaction envers le gouvernement Couillard lors des élections partielles. «On a un bilan enviable. On a livré ce qu'on avait dit qu'on allait livrer», a-t-elle soutenu.

Mais le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, prétend qu'il pourrait «causer la surprise» aux autres partis dans des circonscriptions qui ne lui sont pas nécessairement acquises.

La Coalition avenir Québec tente de reconquérir la circonscription de Saint-Jérôme qu'elle a perdue aux dernières élections aux mains de l'ex-chef péquiste Pierre Karl Péladeau. De plus, la CAQ souhaite conserver le comté d'Arthabaska, que représentait la regrettée députée indépendante Sylvie Roy, élue sous la bannière caquiste.

«Si lundi soir, la CAQ gagnait deux comtés, je serais l'homme le plus heureux du monde», a-t-il dit en mêlée de presse avec les journalistes, vendredi.

M. Legault croit qu'il y a des courses à deux dans toutes les circonscriptions en jeu - et que la CAQ est en tête du peloton dans chaque cas.

De son côté, Québec solidaire ne se berce pas d'illusions, mais aimerait faire des gains importants sur le plan des votes, tout en ne baissant pas les bras pour une éventuelle victoire.

«Évidemment, je serais encore plus jubilatoire si on peut gagner dans l'un ou l'autre des comtés, mais on a fait une excellente campagne», a déclaré le député de Mercier, Amir Khadir.

Selon M. Khadir, la campagne pour hausser le salaire minimum à 15 $ que son parti a fortement appuyée a eu de la résonnance auprès des électeurs. «Les gens voient qu'un parti se lève pour améliorer les conditions de la société (...) Cette dimension-là nous a beaucoup aidés en cours de campagne», a-t-il indiqué.

Plus de 215 000 électeurs sont appelés aux urnes lundi dans le cadre de quatre scrutins complémentaires au Québec.

Au terme des deux jours de vote par anticipation, moins de 10 % des électeurs avaient voté dans les quatre circonscriptions en question. Arthabaska a affiché le taux de participation le plus élevé, avec 9,89 %, suivie de Saint-Jérôme avec 9,64 %. Dans Verdun, 7,71 % des électeurs ont exercé leur droit de vote et seulement 5,95 % l'avaient fait dans Marie-Victorin.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer