Québec et ses juristes se rencontrent brièvement pour une séance de négociation

Le gouvernement du Québec et l'association qui négocie le contrat de travail... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le gouvernement du Québec et l'association qui négocie le contrat de travail des juristes à son emploi ont brièvement repris la négociation, mercredi.

La rencontre a duré environ une heure et demie, a-t-on indiqué à La Presse canadienne, de source syndicale.

À cette occasion, Les Avocats et notaires de l'État québécois (LANEQ) ont présenté une nouvelle proposition. Il n'a pas été possible d'en connaître davantage sur son contenu. Celle-ci est présentement étudiée par la partie gouvernementale.

L'association n'émettra pas d'autres commentaires.

À Québec, le président du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, Carlos Leitao, a confirmé que les parties devaient se rencontrer - ce qui est déjà bon signe, puisque cette négociation était au point mort.

Le principal point en litige est la volonté de LANEQ de changer complètement le mode habituel de négociation pour le remplacer par un mécanisme d'arbitrage qui lierait les parties, avec un comité de rémunération pour évaluer la rémunération raisonnable à leur verser.

«Je suis quand même confiant et conforté par le fait qu'ils reviennent à la table. Nous sommes prêts à les accueillir», a commenté le ministre Leitao.

Bien que rien n'ait transpiré de ces discussions, il s'est montré optimiste. Il a toutefois été interrogé avant la rencontre de négociation. «Il y a une voie de passage pour qu'on puisse en arriver à une entente. Je ne veux pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, mais je pense qu'il y a une voie de passage», a-t-il opiné.

Une partie des membres de LANEQ, dans la fonction publique et à l'Agence du revenu du Québec, sont en grève depuis le 24 octobre dernier.

La grève des juristes de l'État a un effet certain sur le processus législatif, sans compter qu'elle engendre de nombreux délais devant des tribunaux.

Le ministre Leitao a donc pris la peine de souligner leur travail précieux. «On ne peut pas se passer de nos juristes, ça c'est clair», a-t-il commenté.

L'association Les Avocats et notaires de l'État québécois représente plus de 1100 avocats et notaires qui travaillent au sein de différents ministères et organismes gouvernementaux. Tous ne sont pas en grève toutefois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer