Lucien Bouchard déplore la politique avec peu de contenu

L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard.... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

L'ancien premier ministre Lucien Bouchard déplore la façon actuelle de faire de la politique, avec peu de contenu et de substance et croit que cela contribue à la désaffection des citoyens face à la politique.

Il estime que le format des médias y est pour beaucoup, parce qu'il ne permet plus vraiment, en quelques secondes, d'aborder des questions de fond et de faire réfléchir.

«Peu de contenu, très peu de substance. Le format des médias permet peu d'aborder les questions de substance. Il a été un moment où on pouvait le faire, quand RDI (le Réseau de l'information) a commencé. Je pense qu'il manquait de nouvelles, alors il passait tous nos discours au complet. Aujourd'hui, il y a beaucoup de compétition pour la nouvelle», a-t-il conclu, en parlant avec une poignée de journalistes, lors du lancement, lundi à Montréal, de l'ouvrage Bâtisseurs d'Amérique - des Canadiens français qui ont fait l'histoire auquel il a contribué.

«Moi, je regrette ça. Et je pense qu'il faut trouver un moyen de permettre aux dirigeants politiques d'exprimer des questions de fond avec des nuances, pour faire réfléchir. Ça peut expliquer pourquoi, aussi, il y a une pareille désaffection vis-à-vis du politique aujourd'hui. Le discours est très superficiel, très contraint, une clip de 10 secondes», a déploré M. Bouchard.

L'ancien premier ministre péquiste croit que c'est une des raisons pour lesquelles les citoyens s'éloignent de la politique et du militantisme dans les partis politiques.

«En politique aujourd'hui, ils n'arrivent même plus à faire d'assemblées avec du monde dans l'assemblée, sinon qu'avec des autobus qui partent de partout et en payant, etc. Je me souviens, il n'y a pas si longtemps, nous autres, on faisait des assemblées avec 1000, 1500 (personnes). On bourrait les salles et il n'y avait plus de place pour entrer. Surtout parce qu'il y avait des enjeux, des vrais enjeux. Aujourd'hui, les enjeux, c'est compliqué. C'est gris», a-t-il constaté.

«La politique en prend pour son rhume. Et le respect que les gens éprouvent pour la politique, pour les élus... Les sondages qu'on lit sur la perception des gens sur la confiance qu'il faut faire aux politiciens, ça, c'est déprimant. Et c'est injuste, c'est profondément injuste», a-t-il laissé tomber, lui qui exprime encore un grand respect pour la chose publique.

Mais il ne critique pas que le format expéditif des médias. Les dirigeants politiques ont leur part à faire, en apprenant le métier, en se cultivant, en développant des habiletés, a-t-il fait valoir.

«C'est une leçon pour les jeunes d'aujourd'hui qui veulent entrer en politique: il faut se préparer pour aller en politique, c'est un métier qui doit se préparer. Si on ne le prépare pas, ça fait assez quelconque par la suite», a-t-il opiné.

L'ancien premier ministre Bouchard est justement l'auteur d'un chapitre de l'ouvrage sur Henri Bourassa. Et il y dépeint un Henri Bourassa grand tribun, ayant une plume redoutable, qui a tenté sa chance sur la scène fédérale et québécoise. On ne peut s'empêcher de faire une comparaison entre l'auteur et son sujet. Il en sourit d'ailleurs.

L'ouvrage, sous la direction du sénateur André Pratte et de Jonathan Kay, nous présente des Canadiens français de tous les horizons, qu'il s'agisse de la femme d'affaires et auteure d'ouvrages de cuisine Jehane Benoit, par Chrystine Brouillet, du hockeyeur Jacques Plante, par Ken Dryden ou de la femme de lettres Gabrielle Roy par Margaret Atwood.

«Ce sont des Canadiens français qui ont contribué à l'édification de l'Amérique de toutes sortes de façons: ça peut être la géographie, la politique, l'économie, mais ça peut être aussi la vie quotidienne. C'est ce qui fait, par exemple, qu'on peut retrouver Jehane Benoit, qu'on connaît par sa cuisine, mais qui est aussi une pionnière dans les affaires. Ce n'était pas seulement une cuisinière; c'était une femme d'affaires, ce qui, à l'époque, était quand même assez rare. C'est quelqu'un qui a eu une influence formidable dans la vie quotidienne des gens. Dans ce sens-là, c'est une bâtisseuse», a expliqué M. Pratte, lors du lancement.

On y retrouve aussi des textes sur Thérèse Casgrain par Samantha Nutt, sur Georges-Étienne Cartier, par Jean Charest et Antoine Dionne-Charest et sur Jack Kerouac, par Deni Ellis Béchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer