Transport collectif: Québec a confiance qu'Ottawa finance ses trois projets

Le Réseau électrique métropolitain est un grand projet... (Photo fournie par CDPQ Infra)

Agrandir

Le Réseau électrique métropolitain est un grand projet de train électrique qui doit relier le centre-ville de Montréal à la Rive-Sud, à la banlieue nord, aux municipalités de l'ouest de l'île de Montréal ainsi qu'à l'aéroport international Pierre-Elliott Trudeau, à Dorval.

Photo fournie par CDPQ Infra

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Québec a confiance qu'Ottawa financera ses trois projets prioritaires en transport collectif grâce aux nouveaux fonds en infrastructures annoncés par le gouvernement Trudeau mardi.

Le premier ministre Philippe Couillard demande depuis plusieurs mois à son homologue Justin Trudeau de confirmer sa contribution au train électrique de Montréal (coût total évalué à 5,5 milliards), au prolongement de la ligne bleue du métro (3 milliards) et au système rapide par bus entre Québec et Lévis (1 milliard).

Mardi, dans sa mise à jour économique, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a annoncé l'ajout de 81 milliards pour les infrastructures, dont le transport collectif, au cours des 11 prochaines années. Les investissements totaux dans les infrastructures atteindront 180 milliards entre 2016 et 2028.

Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitao, y voit « le feu vert d'Ottawa pour les investissements en transport collectif », une « bonne nouvelle ». Mais « on n'a pas eu de réponse précise sur les trois projets » que Québec priorise. Les nouveaux investissements lui donnent espoir. « J'ai confiance qu'on va obtenir le financement pour les projets que nous souhaitons aussi avoir », a-t-il ajouté.

Il a relevé qu'Ottawa, avec la création de la Banque de l'infrastructure du Canada, s'inspire du modèle québécois de la Caisse de dépôt, qui pilote le projet de train électrique.

Le programme québécois des infrastructures prévoit des investissements de 90 milliards en dix ans, « un effort substantiel ». « Et ce que nous voulons depuis le début, c'est arrimer notre programme avec le programme fédéral », a dit M. Leitao.

Il a observé que la réalité financière d'Ottawa et celle de Québec sont bien différentes. La dette fédérale représente 30 % du PIB, alors que c'est près de 54 % dans le cas du Québec. C'est ce qui lui fait dire que le gouvernement fédéral dispose d'une marge de manoeuvre. « Je pense qu'il y a de la place (à Ottawa) alors que nous, nous ne sommes pas là malheureusement », a-t-il soutenu.

Il s'inquiète pour l'avenir, alors qu'Ottawa veut ramener à 3 % - au lieu de 6 % comme c'est le cas depuis 2004 - le taux d'augmentation des transferts en santé.

« À terme, s'il n'y a pas amélioration dans les formules de transfert, on se retrouverait, oui, dans une situation de déséquilibre fiscal », a dit M. Leitao.

« À l'heure actuelle, c'est difficile de pointer vers un chiffre précis » en terme de déséquilibre fiscal. « Ce qui nous préoccupe, c'est à terme la capacité fiscale de toutes les provinces. Pour le Québec, notre capacité fiscale est très limitée. On a une dette très élevée et un taux d'imposition qui est aussi très élevé. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer