Couillard refuse de débattre de fédéralisme et de souveraineté avec Lisée

Jean-François Lisée et Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, archives La presse canadienne )

Agrandir

Jean-François Lisée et Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, archives La presse canadienne 

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le premier ministre Philippe Couillard a refusé, mercredi, une invitation de son adversaire péquiste Jean-François Lisée à débattre du fédéralisme et de la souveraineté à la télévision.

M. Couillard a déclaré qu'il préférait discuter d'économie et d'emploi plutôt que de répondre positivement au nouveau chef péquiste.

En se rendant au conseil des ministres, après la période des questions, M. Couillard a indiqué qu'il ne souhaitait pas débattre de souveraineté avec son adversaire.

«Je préfère parler de sujets qui préoccupent les Québécois, comme l'économie et l'emploi», a-t-il dit.

En chambre, M. Lisée a lancé son invitation pour répondre aux références à la souveraineté dont M. Couillard émaille les réponses à ses questions.

«Si le premier ministre veut parler d'indépendance, je le mets au défi de faire avec moi, à la télévision, un débat d'une heure sur le fédéralisme et l'indépendance», a-t-il lancé.

Dans un point de presse, M. Lisée a ensuite raillé le refus de M. Couillard qui, selon lui, utilise la souveraineté comme moyen de diversion.

M. Lisée croit que le premier ministre cherche ainsi à éviter de répondre aux questions qu'il lui pose au sujet de la situation économique du Québec.

Le chef péquiste a relevé l'incohérence de M. Couillard, qui refuse l'invitation à un débat parce qu'il souhaite parler d'économie.

«Je suis à l'Assemblée nationale, je lui pose des questions sur l'économie et il répond sur la souveraineté, a-t-il dit. Je lui dis: 'Si vous voulez parler de souveraineté, on va faire un débat d'une heure là-dessus'. Et là, il dit: «Non, je veux parler d'économie'.»

Selon M. Lisée, M. Couillard ne pourra plus se servir de la souveraineté comme moyen de diversion.

«J'espère qu'à partir de demain, il ne va répondre que sur l'économie lorsque je vais poser des questions sur l'économie», a-t-il dit.

Le chef caquiste François Legault a constaté que M. Couillard et M. Lisée sont engagés dans un duel depuis la reprise des travaux cette semaine.

«C'est comme la reprise d'un vieux film, a-t-il dit. Écoutez, à chaque question de Jean-François Lisée, Philippe Couillard se dépêche de sortir l'épouvantail du référendum puis de la souveraineté, puis le pire, c'est Jean-François Lisée qui tombe dans le panneau.»

M. Legault croit que la CAQ profitera de la multiplication des échanges sur la souveraineté, car ce débat n'intéresse pas les électeurs.

«Si Philippe Couillard continue à sortir l'épouvantail de la souveraineté, puis si Jean-François Lisée continue de proposer des débats à la télévision sur l'indépendance, écoutez, ça va presque être trop facile pour moi en 2018», a-t-il dit aux journalistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer