Lisée dénonce les propos de Couillard

Le nouveau chef du Parti québécois Jean-François Lisée... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Le nouveau chef du Parti québécois Jean-François Lisée

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En tant que premier ministre du Québec, Philippe Couillard devrait être «plus tolérant» au lieu d'accuser ses adversaires d'avoir des propositions «d'extrême droite», a dénoncé Jean-François Lisée. Le nouveau chef du Parti québécois a réagi pour la première fois depuis son élection mardi soir aux propos du premier ministre qui avait associé samedi le PQ aux «partis populistes d'Europe».

«C'est préoccupant que le premier ministre du Québec ne donne pas l'exemple de la tenue d'un débat démocratique respectueux. [...] Ce n'est pas parce qu'on n'est pas d'accord avec lui [M. Couillard] qu'on est membre d'un parti populiste européen !», a lancé Jean-François Lisée, en mêlée de presse à Montréal. Le nouveau chef soutient avoir trouvé «bizarre» la réaction du premier ministre au lendemain de son élection. «Je ne suis pas assez formé pour entrer dans sa tête», a-t-il ajouté, lapidaire, au sujet des motivations de Philippe Couillard.

En visite en Islande samedi pour participer à l'Arctic Circle, Philippe Couillard a affirmé que la victoire de Jean-François Lisée ramènerait le Parti québécois «vers la voie des partis populistes d'Europe, vers la voie de l'exclusion, [à un] discours qui va être très fermé par rapport à l'immigration». Il a également déclaré que le nouveau chef de l'opposition officielle prônait un «nationalisme de peureux, de fermeture et d'exclusion».

«Que le premier ministre réagisse comme ça, en voulant disqualifier du débat des positions raisonnables, ce n'est pas à moi qu'il parle, c'est à l'immense majorité des Québécois qui trouvent que ces questions devraient être discutées sans être accusé d'être d'extrême droite», a déploré Jean-François Lisée.

Lisée veut unir les troupes

Jean-François Lisée n'a pas la «moindre inquiétude» qu'il arrivera à recoller les morceaux au sein de son caucus péquiste, divisé entre lui et Alexandre Cloutier au terme d'une course aux attaques parfois acrimonieuses. «C'était une course intense. On est au Parti québécois !», a-t-il résumé. Le nouveau chef a obtenu l'appui de seulement six députés péquistes sur 28 pendant la course à la direction, contre 14 pour son rival Alexandre Cloutier.

Jean-François Lisée tient cette semaine une série de rencontres individuelles avec ses députés pour désigner des officiers et préciser les rôles de chacun. Il était à Montréal mardi et sera à Québec mercredi. L'équipe parlementaire se réunira en caucus vendredi. Au cours des rencontres tenues mardi, certains députés avaient des reproches à lui faire, a-t-il concédé.

«Chacun voit ça comme un nouveau départ, donc il ne faut pas manquer ce nouveau départ. C'est une occasion de mieux aligner nos choses. Il y a des gens qui avaient des choses à me dire, à me suggérer, à me reprocher. On s'est parlé franchement. Je pense qu'il fallait diffuser un certain nombre de malentendus. Il y a des gens qui avaient même mal compris ce que je voulais dire par certaines propositions», a expliqué M. Lisée.

Questionné au sujet des reproches exacts de ses députés, le nouveau chef péquiste a plutôt parlé d'incompréhension sur sa démarche souverainiste. «Il y a des gens qui disent : "mais oui, Jean-François, on va juste parler de renverser le gouvernement". J'ai dit : ''mais non ! Ce n'est pas ça !'' Je veux faire en sorte d'augmenter le nombre d'indépendantistes d'ici 2022, on va commence tout de suite à le faire. Ne pensez pas qu'on va manquer l'occasion du 150e anniversaire du Canada pour dire les 150 fois où on s'est fait avoir par le Canada ! Ça va être un moment pédagogique extraordinaire !», a-t-il lancé, enthousiasme. 

L'un des députés du Parti québécois rencontrés mardi, Dave Turcotte, s'est dit « satisfait et enthousiaste » de sa conversation avec son nouveau chef. Il ne croit pas que l'élection de M. Lisée sera contestée à l'interne, même s'il a eu besoin de deux tours de scrutin pour obtenir l'appui d'une majorité des membres du PQ.

«La différence, l'écart avec les autres candidats, est tellement importante que ça lance un message très clair», a noté M. Turcotte, qui a soutenu la candidature d'Alexandre Cloutier.  Du reste, le député de Saint-Jean s'attend à ce que le caucus se rallie au nouveau chef, même si la majorité ne l'a pas appuyée dans la course.

«Quand c'est notre poulain qui gagne, on est contents que les autres se rallient et on veut que tout le monde se rallie, a-t-il dit. Quand nous perdons, nous devons être cohérents avec nous-mêmes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer