Lisée menace d'écarter Ouellet s'il devient chef

La sortie de Jean-François Lisée contre son adversaire... (Photo Paul Chiasson, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La sortie de Jean-François Lisée contre son adversaire Martine Ouellet peut devenir une affirmation de leadership, mais risque aussi d'irriter les partisans de la candidate, des appuis dont le député de Rosemont aura besoin s'il espère vaincre Alexandre Cloutier le 7 octobre.

Photo Paul Chiasson, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Coup de théâtre au caucus des députés péquistes, hier. Derrière les portes closes, Jean-François Lisée a prévenu son adversaire Martine Ouellet : il ne pourrait tolérer son indiscipline, ses sempiternelles critiques, s'il devenait un jour chef du Parti québécois.

Le pari audacieux du député de Rosemont a laissé pantois plusieurs de ses collègues. Sa décision de frapper un grand coup « porte à croire qu'il est en rattrapage depuis une semaine », confie un élu. Car sa sortie peut devenir une affirmation de leadership, mais risque aussi d'irriter les partisans de Martine Ouellet, des appuis dont M. Lisée aura besoin s'il espère vaincre Alexandre Cloutier le 7 octobre.

« Si tu ne changes pas, comment penses-tu que je pourrais te garder dans mon équipe », a lancé Lisée, interpellant directement sa collègue, devant tous les députés réunis. 

« Cela vient de pro-Cloutier, qui ne veulent pas que j'aie les appuis de Martine au second tour », a répliqué Lisée, joint par La Presse hier soir. « Pour moi, Martine Ouellet va être un membre important de mon équipe si je suis chef. Elle a des compétences indispensables. Ce que je voulais signifier, c'est qu'elle devait faire preuve de plus d'esprit d'équipe », a ajouté M. Lisée, insistant sur le fait qu'il avait travaillé très étroitement avec Mme Ouellet sous le gouvernement Marois et qu'il souhaitait surtout « qu'elle reste dans l'équipe ». 

« Les événements des derniers jours suscitent beaucoup de mécontentement chez les députés. Pour pouvoir l'avoir dans mon équipe, il faudrait que son comportement s'améliore, change », a dit le candidat Jean-François Lisée

La veille, le PQ avait raté sa rentrée parlementaire - les reportages portaient surtout sur l'absence de la députée de Vachon au tournage d'une publicité où tous les députés devaient être présents.

Le geste de Lisée « a jeté un froid », soutient un témoin, « il a voulu faire preuve de leadership, mais c'était probablement déplacé », observe un autre. « C'était présomptueux », affirme un troisième. Mme Ouellet n'a pas répliqué et le chef par intérim, Sylvain Gaudreault, est tout de suite passé à autre chose, « on tourne la page ». Par la suite, Mme Ouellet a eu un conciliabule, privé, avec son collègue Lisée.

Le point sur la publicité

Hier, la réunion du caucus a débuté sur une présentation du directeur du parti, Alain Lupien, présent à chaque réunion du mercredi où les députés ont davantage de temps pour discuter de stratégie politique. Lupien a expliqué comment avait été conçue la publicité où Mme Ouellet n'est pas apparue. Les députés avaient été prévenus par courriel, plusieurs jours auparavant, qu'une vidéo serait tournée au caucus de Gatineau. On n'avait pas expliqué le concept à ce moment. Sur place, on a demandé aux élus de donner leur nom, l'un après l'autre. La scène finale reprenait toutes les vignettes où les élus affirmaient : « Je suis Parti québécois. » On copiait ainsi le concept d'une publicité récente du Canadien de Montréal, un message simple, facile à réaliser techniquement.

Mme Ouellet, se sentant interpellée, a alors expliqué devant ses pairs qu'elle « n'était pas d'accord avec le concept ». Qu'elle aurait « préféré qu'on puisse donner nos idées » avant le tournage. Elle s'est dite en même temps surprise qu'on ne l'ait pas rappelée par la suite pour l'intégrer. La députée de Vachon avait dit publiquement mardi qu'elle aurait voulu dire « Je suis indépendantiste », au lieu du plus convenu « Je suis Parti québécois ».

Quelques députés ont alors souligné leur agacement devant les explications de leur collègue indisciplinée. Des réflexions épidermiques sans fait saillant.

« Je suis Option nationale »

C'est alors que Jean-François Lisée s'est levé - les interventions se font généralement assis au caucus -, il a d'abord vanté la détermination de sa collègue de Vachon, sa fougue et sa capacité de travail. Mais s'adressant directement à Mme Ouellet, il a frappé un grand coup : « Si tu ne changes pas, comment penses-tu que je pourrais te garder dans mon équipe. »

Tous les élus étaient furieux relativement aux reportages de la veille sur la rentrée - un temps fort à l'Assemblée nationale - gaspillée par un étalage de chicane stérile. Le travail en Chambre de l'opposition avait été totalement occulté par cette controverse sur l'absence de Mme Ouellet de la publicité prévue par le parti. Sur le fil Twitter de Mme Ouellet, on pouvait lire « Je suis Option nationale », un message prestement retiré par la députée qui soutenait avoir été victime d'un pirate. Elle n'a pas répété cette explication dans les entrevues données hier.

Martine Ouellet « aime le Parti québécois »

En soirée hier, Martine Ouellet a déclaré son amour du Parti québécois dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, vraisemblablement en réponse aux controverses provoquées par son tweet éphémère favorable à Option nationale et à son absence remarquée de la vidéo promotionnelle du parti. « J'aime le Parti québécois ! », répète-t-elle plusieurs fois, en énumérant chaque fois les raisons pour lesquelles elle affectionne son parti.

Martine Ouellet semble évoquer à une reprise les récentes dissensions entre les candidats en affirmant que, comme chef, elle « favoriserait tous les débats d'idées au sein du parti, ces débats qui sont essentiels pour forger des idées fortes ». La candidate à la direction conclut sa vidéo avec une allusion évidente au slogan « Je suis indépendantiste », qu'elle aurait voulu énoncer dans la vidéo promotionnelle du parti. « Je vous invite à dire haut et fort que vous aussi, vous êtes indépendantistes, vous êtes Parti québécois », conclut-elle.

- Louis-Samuel Perron

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer