Course au PQ: Ouellet se dit en avance

Martine Ouellet.... (Photo PATRICK WOODBURY, archives Le Droit)

Agrandir

Martine Ouellet.

Photo PATRICK WOODBURY, archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Martine Ouellet s'est activée à démontrer qu'elle est toujours de la course à la direction du Parti québécois, mercredi, affirmant même que c'est elle qui mène.

La députée de Vachon a tenu à rappeler aux deux présumés meneurs, Alexandre Cloutier et Jean-François Lisée, qu'elle ne les laissera pas mener une « course à deux ».

« Il n'y a aucun indicateur crédible qui permet de croire qu'il y a un meneur dans cette course », a-t-elle martelé lors d'un point de presse.

En fait, a-t-elle poursuivi, c'est même elle qui serait en tête.

« Sur le terrain, il y a un enthousiasme, une effervescence, je suis en avance, a-t-elle assuré. Sur les réseaux sociaux, la même chose : on pète des scores, je suis en avance. Et même sur le nombre de donateurs, il y a une croissance phénoménale depuis un mois. Donc, je pense qu'il faut remettre un peu les pendules à l'heure. »

Mme Ouellet a causé un petit branle-bas médiatique lorsqu'elle a pris à partie Jean-François Lisée au moment où Alexandre Cloutier était questionné par les journalistes.

« Moi, je suis d'accord, a dit M. Lisée au terme de l'échange. Moi, je veux une course à quatre et, comme j'ai dit à vos collègues hier, je m'ennuie de Véronique (Hivon). J'aurais aimé une course à cinq. »

Il a toutefois noté qu'il a plus de « désaccords saillants » avec M. Cloutier qu'avec Mme Ouellet.

Dans une entrevue éditoriale accordée au Soleil, Alexandre Cloutier a affirmé que la course n'est pas aussi serrée que certains le pensent. Selon lui, les informations selon lesquelles il est au coude à coude avec M. Lisée sont « loin de la réalité ».

Martine Ouellet a qualifié ces commentaires de « présomptueux ».

Mais en point de presse, M. Cloutier s'est défendu de vouloir écarter Mme Ouellet.

« Je ne prends absolument rien pour un fait avéré, s'est-il défendu. La seule attitude qu'on doit avoir, c'est travailler, travailler parce que tout peut arriver en politique. »

Ouellet critiquée

Martine Ouellet n'a obtenu l'appui d'aucun député du caucus, contrairement à Alexandre Cloutier (13) et Jean-François Lisée (4). Depuis le début de la course, elle a plusieurs fois critiqué ses collègues, les accusant de l'avoir hué lors du débat de dimanche à Sherbrooke, et leur reprochant d'évacuer la question de la souveraineté au caucus de Gatineau.

Ces critiques lui ont valu des reproches à peine voilés de la part de François Gendron, le doyen des députés péquistes. Ce partisan de M. Cloutier a affirmé que la question de l'indépendance avait bel et bien été abordée à Gatineau, mais que Mme Ouellet s'était absentée lors de cette discussion.

Lorsqu'un journaliste a demandé à M. Gendron si elle sa collègue est une travailleuse d'équipe, il a répondu : « Mme Ouellet est une très grande travailleuse. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer