Accès à l'internet à tarif moindre: Martine Ouellet prête à nationaliser

La candidate à la direction du Parti québécois,... (Photo Adrian Wyld, archives PC)

Agrandir

La candidate à la direction du Parti québécois, Martine Ouellet, croit que l'accès à l'internet est un besoin essentiel, tout comme ce l'est avec l'électricité.

Photo Adrian Wyld, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

La députée de Vachon et candidate à la direction du Parti québécois, Martine Ouellet, veut imposer des normes aux entreprises de télécommunications en matière de tarifs et de vitesse pour l'internet, à défaut de quoi elles risqueraient de voir leurs infrastructures nationalisées.

Au cours d'une entrevue avec La Presse canadienne lundi, la candidate a comparé l'accès à l'internet à l'électricité - un besoin essentiel et un droit, dit-elle.

Si elle est élue chef du Parti québécois en octobre, puis première ministre en 2018, Mme Ouellet donnera deux ans aux entreprises de télécommunications pour se conformer à ses exigences. Celles-ci toucheraient la capacité de la bande passante, l'accès à l'internet sur tout le territoire du Québec, et avec un tarif uniforme et abaissé, de même qu'une vitesse de 1 gigabit par seconde.

Elle veut également qu'un forfait allégé, de base, soit offert aux ménages à faible revenu.

Si les grands des télécoms ne se conformaient pas à ses exigences dans un délai de deux ans, elle se dit prête à nationaliser leurs infrastructures sur le territoire du Québec.

« S'il y avait un manque de collaboration, je n'exclus pas la possibilité de nationaliser le service pour le développer et le rendre accessible à 1000 mégabits sur l'ensemble du territoire, avec une uniformité des prix et des prix au niveau des pays de l'OCDE [Organisation de coopération et de développement économique] », a prévenu Mme Ouellet.

Même si les télécommunications sont présentement régies par le CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes) au fédéral, Mme Ouellet ne croit pas que cela puisse l'empêcher de faire quoi que ce soit dans ce domaine.

« Quand je parle de nationalisation, il faut regarder les différents niveaux, mais on parle plutôt des infrastructures. Là, c'est clair qu'il y a un enjeu du côté du CRTC, mais ce n'est pas vrai que c'est le CRTC qui va nous empêcher de donner un accès au développement économique pour les PME et pour les citoyens du Québec. Nous, on n'acceptera pas ça comme réponse ; c'est clair », a tranché Mme Ouellet.

« De toute façon, moi, je veux réaliser l'indépendance du Québec dans un premier mandat. Donc, à partir du premier mandat, le CRTC ne sera plus un enjeu » pour moi, a-t-elle objecté.

Elle rappelle que plusieurs groupes ont déjà dénoncé les tarifs élevés en matière de télécommunications au pays.

La candidate à la direction du PQ estime que les gens qui n'ont pas accès à l'internet sont carrément désavantagés, voire exclus de la société.

L'une des grandes entreprises visées, Bell, a préféré ne pas commenter cette question « politique ».

Avec le retrait de Véronique Hivon au cours des derniers jours, il reste quatre candidats dans la course à la direction du PQ, soit, en plus de Mme Ouellet, Jean-François Lisée, Alexandre Cloutier et Paul St-Pierre Plamondon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer