Affaire RONA : Couillard défend son cabinet

Philippe Couillard.... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Philippe Couillard.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(BOSTON) Le bureau du premier ministre n'a «absolument pas» tenté de couvrir la version de Jacques Daoust dans l'affaire RONA en la sachant problématique, a assuré cet après-midi Philippe Couillard.

Le chef du gouvernement prenait la parole publiquement pour la première fois depuis le témoignage de l'ex-chef de cabinet Pierre Ouellet à l'Assemblée nationale.

Jeudi, ce dernier a affirmé qu'en plus d'informer le ministre  Daoust de l'imminence de la vente des actions de l'entreprise québécoise, il avait évoqué ces évènements avec bras droit du premier ministre lui-même, Jean-Louis Dufresne, il y a deux mois. C'était « la première fois » qu'il donnait sa version au cabinet de Philippe Couillard, a dit Pierre Ouellet. 

Selon ses explications, l'ex-chef de cabinet s'est contenté de dire au chef de cabinet de M. Couillard, Jean-Louis Dufresne, qu'il avait vérifié à l'époque, en novembre 2014, quels sont « les seuils qui requièrent l'approbation du ministre ou du Conseil des ministres pour pouvoir procéder » à une vente d'actions de la part d'Investissement Québec. Cela veut donc dire que M. Dufresne savait dès le début de juin que la version de M. Daoust ne tenait pas.

Sans nier qu'une conversation ait pu avoir lieu, le premier ministre a affirmé que son bureau n'avait pas tenté de protéger indument un ministre en graves difficultés en dissimulant une version contradictoire, comme le suggèrent les partis d'opposition.

«Jusqu'aux derniers jours qui ont précédé le départ de M. Daoust, il n'y a rien - que ce soit des conversations ou des éléments qui ont été publiés - qui contredisait ce que M. Daoust disait», a dit M. Couillard, en déplacement en Nouvelle-Angleterre. «Les choses ont changé, on avait ces deux vérités irréconciliables de toute évidence.»

Jean-Louis Dufresne se trouve à Boston avec Philippe Couillard.

Un «dossier clos», réitère Couillard

À la fin d'un point de presse qui s'est terminé abruptement, le premier ministre a réitéré qu'à son avis le dossier était clos.

«Il ne faut pas envoyer pas de signal à l'étranger que lorsqu'une entreprise québécoise fait l'objet d'une tentative d'acquisition ou d'une acquisition, ça va à chaque fois déclencher une crise politique. On ne peut pas faire ça. Pourquoi? Parce que ça va faire diminuer la valeur des entreprises québécoises et ça, ça menace l'emploi», a-t-il dit.

La Coalition avenir Québec (CAQ) a indiqué la semaine dernière qu'elle souhaitait faire témoigner M. Dufresne devant une commission parlementaire.

Selon le député caquiste François Bonnardel, le chef de cabinet du premier ministre «est au courant depuis le 3 juin que M. Daoust ne dit pas la vérité». Il a fait une «tentative de camouflage, de cover-up». «C'est inacceptable d'avoir protégé un ministre pendant trois mois en sachant très bien qu'il avait menti aux parlementaires et aux Québécois», a-t-il ajouté, toujours la semaine dernière.

Jacques Daoust a démissionné de toutes ses responsabilités politiques, y compris celles de député de Verdun, le 19 août dernier. Plus tôt dans la même journée, le premier ministre Philippe Couillard avait refusé de lui exprimer sa confiance.

« Force est de constater que, bien que je n'aie quoi que ce soit à me reprocher et que j'aie toujours dit la stricte vérité, le dossier concernant les actions de RONA est devenu une distraction qui porte ombrage à la réalisation du plan de notre gouvernement», a-t-il écrit dans son communiqué de départ.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer