Le ministre des Transports Jacques Daoust démissionne

Le ministre des Transports, Jacques Daoust... (Archives La Presse)

Agrandir

Le ministre des Transports, Jacques Daoust

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Le ministre Jacques Daoust démissionne et quitte la vie politique, quelques heures après que Philippe Couillard eut refusé de lui renouveler sa confiance.

M. Daoust maintient toutefois sa version quant à son rôle dans la vente des actions de Rona par Investissement Québec.

« Je n'ai pas menti là-dedans. Je n'ai jamais menti. Je suis prêt à quitter pour prouver ma version », a-t-il brièvement déclaré à La Presse vendredi. Il a également annoncé son départ à des proches et fait une déclaration dans un communiqué*.

En avant-midi, Philippe Couillard a refusé de renouveler sa confiance en son ministre Jacques Daoust, le sommant d'apporter des « réponses sérieuses très rapidement » sur son rôle entourant la liquidation des actions d'Investissement Québec dans Rona à la fin 2014. Des « contradictions » embrouillent cette histoire, selon lui.

Pour la première fois depuis le début de la controverse en juin, le premier ministre ne s'était pas porté à la défense de M. Daoust. Un échange de courriels entre la direction d'IQ et le cabinet de son ministre est la goutte qui a fait déborder le vase.

Ces communications, dévoilées par TVA, montrent que le chef de cabinet de M. Daoust à l'époque, Pierre Ouellet, a autorisé la vente des avoirs d'IQ dans le géant québécois de la quincaillerie. Rappelons que Rona est passé entre les mains du détaillant américain Lowe's en février dernier.

Depuis deux jours, Jacques Daoust, ministre de l'Économie au moment des faits, maintient qu'il n'avait pas donné le feu vert à cette liquidation et que, du reste, il n'avait pas été informé de la transaction menée par IQ.

Mais pour la Coalition avenir Québec et le Parti québécois, il est clair que M. Ouellet a obtenu l'accord de son ministre pour autoriser la transaction et que M. Daoust a menti depuis le début. Ils réclamaient sa démission.

Jusqu'ici, Philippe Couillard ne voyait aucune raison de mettre la parole de son ministre en doute. « Notre collègue [Jacques Daoust] s'est exprimé à plusieurs reprises sur le fait qu'il n'avait pas été consulté sur cette vente d'actions. Et je crois qu'on doit prendre la parole d'un membre de l'Assemblée nationale dans cette Assemblée », disait-il en juin dernier, au Salon bleu.

Or il a tenu un tout autre discours, vendredi. « Avez-vous encore confiance en Jacques Daoust, est-ce que vous le croyez ? » lui a-t-on demandé lors d'une mêlée de presse à Saint-Félicien. « Des questions sérieuses sont déposées. Elles sont importantes pour moi. Elles devront avoir des réponses très rapidement », a-t-il répondu.

Il a pris connaissance « récemment » de l'échange de courriels. « Depuis le début, j'ai parlé de choses qu'il fallait clarifier, de contradictions à résoudre. Les nouvelles informations que l'on voit soulèvent des questions sérieuses auxquelles je veux qu'il y ait des réponses sérieuses, et rapidement », a-t-il affirmé.

Ce n'est pas la seule affaire qui a plongé M. Daoust dans la controverse au cours des derniers mois. On compte également la gestion d'irrégularités au MTQ et le Uber - un dossier qui a causé des frictions entre lui et le premier ministre.

Le départ de M. Daoust laisse vacante la circonscription de Verdun, un bastion libéral. Le gouvernement Couillard devra déclencher quatre élections partielles  - Saint-Jérôme, Marie-Victorin et Arthabaska sont également des circonscriptions vacantes.

- Avec la collaboration de Denis Lessard

*Déclaration de Jacques Daoust

« Je tiens dans un premier temps à réitérer qu'en tout moment j'ai toujours dit la vérité, et mes déclarations dans le dossier de la vente des actions de RONA ont été rigoureusement exactes. Je n'avais pas été informé de l'intention des administrateurs de vendre la participation d'Investissement Québec dans RONA, je n'ai pas donné d'autorisation à celle-ci et je n'avais pas à le faire en raison des règles en vigueur chez Investissement Québec.

« Cela étant dit, je suis venu en politique pour participer au développement économique du Québec. Chacun des mandats que m'a confiés le premier ministre Philippe Couillard, je les ai accomplis avec probité dans le souci constant de servir au mieux l'ensemble des citoyens du Québec. Bien que je sois extrêmement fier des dossiers que j'ai pu mener à terme au cours des deux dernières années et demie, la conclusion du partenariat de la Série C représente tout ce pour quoi j'ai choisi de faire partie de ce gouvernement. Cette entente nous permettra d'avoir un Québec plus prospère, innovant avec un rayonnement international hors du commun.

« Force est de constater que, bien que je n'aie quoi que ce soit à me reprocher et que j'aie toujours dit la stricte vérité, le dossier concernant les actions de RONA est devenu une distraction qui porte ombrage à la réalisation du plan de notre gouvernement. J'ai donc contacté le premier ministre pour lui annoncer que je me retire de mes fonctions de député deVerdun et de ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.

« En terminant, je souhaite remercier les électeurs du comté de Verdun pour leur confiance. Je n'émettrai aucun autre commentaire et je ne donnerai aucune entrevue. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer