Alexandre Cloutier promet d'investir 1 milliard par an en éducation

Alexandre Cloutier s'engage à consacrer un milliard de dollars... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Alexandre Cloutier s'engage à consacrer un milliard de dollars de plus par année à l'éducation et à l'enseignement supérieur, dans les écoles, cégeps et universités.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne

Le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) Alexandre Cloutier promet d'investir massivement en éducation, s'il devient chef du parti, puis premier ministre du Québec.

Il s'engage à consacrer un milliard de dollars de plus par année à l'éducation et à l'enseignement supérieur, dans les écoles, cégeps et universités.

Un tel investissement serait financé notamment par le rétablissement de la taxe sur le capital des institutions financières, l'abolition de l'incorporation des médecins et la fin de l'optimisation fiscale par l'entremise des fiducies familiales.

L'annonce de cet engagement a été faite lundi par le député de Lac-Saint-Jean, considéré comme un des favoris de la course qui prend fin le 7 octobre.

M. Cloutier dit vouloir donner «un électrochoc» au système d'éducation après des années et des millions de dollars de compressions budgétaires sous le gouvernement actuel.

Un des objectifs poursuivis serait d'augmenter le taux de diplomation.

Un gouvernement Cloutier mettrait l'accent sur la formation continue des enseignants, la réfection des écoles, la disponibilité des maternelles 4 ans dans tous les milieux défavorisés, la gratuité du matériel scolaire et une meilleure intégration des élèves en difficulté d'apprentissage ou ayant des besoins particuliers par une plus grande offre de services spécialisés comme les orthophonistes.

En enseignement supérieur, des bourses de «persévérance scolaire» seraient disponibles pour les étudiants universitaires. En entrevue téléphonique, M. Cloutier note que le taux de décrochage à l'université «est à 30 pour cent au Québec, et en Ontario, il est à 10 pour cent».

Il dit vouloir «cibler les clientèles vulnérables pour leur donner un incitatif financier» à faire leurs études, qu'on pense aux étudiants ayant des enfants ou aux Autochtones.

Environ la moitié des étudiants universitaires, ceux issus de milieux moins favorisés financièrement, auraient accès à une éducation gratuite. L'important consiste à «élargir l'accès» à l'université au plus grand nombre, a-t-il fait valoir, pas nécessairement de viser la gratuité pour tous. «Le pas le plus important à franchir, c'est pour les pauvres», a-t-il dit.

M. Cloutier entend prochainement préciser ses engagements sur le plan pédagogique, en disant comment il voit l'enseignement de la langue française, de l'histoire, de la sexualité, de l'économie et de l'«encodage informatique» dès le primaire, notamment.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer