Exclusif

Un jeune au C.A. de chaque société d'État, souhaite Québec

La proposition créerait un siège réservé aux moins... (Photo Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

La proposition créerait un siège réservé aux moins de 35 ans aux conseils d'administration de plus d'une vingtaine d'organismes publics, a appris La Presse. Loto-Québec, la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) et Investissement Québec seraient notamment touchés.

Photo Robert Skinner, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec veut forcer ses sociétés d'État à faire une place aux jeunes parmi leurs dirigeants : un député libéral déposera aujourd'hui un projet de loi en ce sens à l'Assemblée nationale, avec la bénédiction du gouvernement.

La proposition créerait un siège réservé aux moins de 35 ans aux conseils d'administration de plus d'une vingtaine d'organismes publics, a appris La Presse. Loto-Québec, la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) et Investissement Québec seraient notamment touchés.

C'est le libéral Jean Habel, le plus jeune député de l'Assemblée nationale, qui déposera le projet de loi. En cas d'approbation par les parlementaires, l'article de la Loi sur la gouvernance des sociétés d'État qui prévoit la parité hommes-femmes à ces C.A. serait modifié pour ajouter un siège réservé à la relève.

Le projet de loi répond aux demandes de groupes de défense des intérêts des jeunes, qui demandaient depuis longtemps des mesures garantissant la présence de la relève parmi les administrateurs des sociétés d'État.

FORCE JEUNESSE SATISFAITE

Appelée à commenter les informations de La Presse, Force Jeunesse (FJ) s'est réjouie de voir le gouvernement répondre à ses revendications.

« Nous, ça fait des années qu'on demande à ce que la loi soit modifiée », a rappelé Nolywé Delannon, présidente de FJ. « Dans l'année qui vient de s'écouler, on a été extrêmement actifs, on a mis la priorité sur cet enjeu pour le faire cheminer au sein des partis politiques, dans les ailes jeunesse [des partis] et auprès des acteurs de la société civile. »

Pour Mme Delannon et ses acolytes, deux arguments principaux plaident en faveur de sièges réservés aux jeunes : améliorer la gestion immédiate des sociétés en offrant un point de vue « jeune » sur des décisions stratégiques et préparer une relève rompue à de telles responsabilités.

Selon nos informations, le premier ministre Philippe Couillard a clamé son appui pour le projet de loi mercredi soir, lors d'une activité organisée à Québec par la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec (les jeunes libéraux), sans toutefois en préciser le contenu. Il a aussi félicité le député Habel.

En mars dernier, pourtant, M. Couillard semblait vouloir prendre ses distances vis-à-vis de l'imposition de quotas.

« C'est bien d'être sur un conseil d'administration, mais il faut y être non pas parce qu'on est un jeune, parce qu'on est une femme ou parce qu'on est une minorité, mais parce qu'on a une valeur ajoutée à apporter au conseil d'administration », avait alors affirmé le premier ministre, en dévoilant sa politique jeunesse. Celle-ci reconnaissait la faible présence des jeunes aux C.A.

Jean Habel a refusé la demande d'entrevue de La Presse.

Depuis 2011, le C.A. des sociétés d'État québécoises doit être constitué « à parts égales de femmes et d'hommes » et « de membres dont l'identité culturelle reflète les différentes composantes de la société québécoise ».

«« Dans l'année qui vient de s'écouler, on a été extrêmement actifs, on a mis la priorité sur cet enjeu pour le faire cheminer au sein des partis politiques, dans les ailes jeunesse [des partis] et auprès des acteurs de la société civile. »

- Nolywée Delannon, présidente de Force Jeunesse»


Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer