Exclusif

Lisée veut geler la rémunération des médecins

L'augmentation de la rémunération des médecins négociée par... (Archives La Presse, David Boily)

Agrandir

L'augmentation de la rémunération des médecins négociée par les libéraux est devenue « insoutenable et injustifiable, au regard de l'état des finances publiques et de la rémunération des autres Québécois », estime Jean-François Lisée.

Archives La Presse, David Boily

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jean-François Lisée prescrit un remède de cheval pour juguler «l'hémorragie financière» qu'est devenue la facture pour payer les médecins. Il entend geler leur rémunération globale pendant cinq à dix ans s'il est élu chef du Parti québécois puis premier ministre.

«Aucune décision prise au cours des dernières décennies n'a causé autant de tort aux finances publiques que l'augmentation de la rémunération des médecins négociée par les docteurs Philippe Couillard et Gaétan Barrette», soutient M. Lisée dans un extrait de son programme pour la campagne à la direction du PQ.

Selon lui, cette augmentation est devenue «insoutenable et injustifiable, au regard de l'état des finances publiques et de la rémunération des autres Québécois». De 2006 à 2016, la facture pour payer les médecins est passée de 3,3 à 7,1 milliards de dollars. D'ici 2022-2023, les ententes existantes prévoient des hausses supplémentaires de 2,3 milliards. Des compressions douloureuses sont imposées dans le réseau pour essuyer ces augmentations, déplore-t-il. En contrepartie, les Québécois n'ont pas droit à de meilleurs services: le député relève que le nombre d'actes par médecin a diminué au cours des dernières années.

Jean-François Lisée souhaite qu'un éventuel gouvernement péquiste «reprenne le contrôle face à un tel gâchis».

««Je propose que le Parti québécois demande en octobre 2018 aux Québécois un mandat électoral fort de geler dès sa prise du pouvoir l'enveloppe de rémunération des médecins, spécialistes et omnipraticiens».»

Jean-François Lisée

Le gel durerait cinq à dix ans, c'est-à-dire «jusqu'à ce que la rémunération globale se rééquilibre autour d'une norme québécoise de la part de la richesse que la société consent à verser à ses médecins, une norme qui n'est pas et ne doit pas être la moyenne canadienne». Cette «norme québécoise» devrait tenir compte de plusieurs facteurs: «le coût de la vie inférieur au Québec, la rémunération moindre des médecins dans les pays ayant une meilleure performance en santé et l'équité générale de la rémunération avec les autres travailleurs des secteurs public et privé».

Des ententes à rouvrir

Un gouvernement péquiste rouvrirait ainsi les ententes avec les fédérations pour annuler les augmentations prévues jusqu'en 2022 et instaurer un gel. «C'est important d'avoir un mandat électoral clair en 2018 pour pouvoir se présenter aux médecins avec un mandat de l'opinion publique» qui, en élisant le PQ, viendrait «désavouer le contrat» signé avec les libéraux, a précisé M. Lisée hier, dans une entrevue au cours de laquelle il s'imaginait déjà dans le rôle de premier ministre face aux présidents de fédération. «Vous pouvez nous amener jusqu'en Cour suprême si vous voulez.», a-t-il affirmé.

«Il y a un moment où vous faites partie de la société québécoise, et on vous demande d'accepter de rouvrir les contrats et d'en signer un nouveau qui est acceptable pour la société québécoise.»

Jean-François Lisée

Un «grand nombre de médecins membres de leurs fédérations» sont insatisfaits des «dérives» actuelles et seraient des «alliés précieux» pour la renégociation, selon le candidat à la direction du PQ.

Jean-François Lisée veut également abolir dès un premier budget péquiste le droit à l'incorporation des médecins et des autres professionnels «dont la rémunération est entièrement liée à la dispensation de services publics payés par l'État». Le député évoque une économie annuelle d'au moins 150 millions de dollars.

M. Lisée milite également pour instaurer une rémunération mixte «digne du XXIe siècle» pour le corps médical. À l'heure actuelle, les médecins sont en très grande partie payés à l'acte, un mode de rémunération devenu un fouillis, selon le député. Il souhaite également une meilleure répartition des tâches entre les médecins, les pharmaciens, les infirmières et les autres professionnels. 

«En ce moment, les spécialistes consacrent une trop grande part de leur temps à réaliser des actes qui pourraient être assumés par les omnipraticiens et les omnipraticiens à réaliser des actes qui devraient être délégués notamment aux infirmières et aux pharmaciens», résume M. Lisée. «Pour arriver à une offre optimale de soins, poursuit-il, la RAMQ devrait pouvoir réduire périodiquement le financement de certains actes afin d'encourager la hiérarchisation et la pertinence des services rendus, ce qui pourrait être compensé par une augmentation du financement d'actes plus spécialisés ou de la prise en charge de patients.»

***

CLOUTIER DANS LES PLATEBANDES DE OUELLET

Alexandre Cloutier s'est immiscé dans les platebandes de sa rivale Martine Ouellet, hier, lorsqu'il a réclamé la démission du ministre des Transports, Jacques Daoust. Le candidat, qui est critique du PQ en matière d'éducation, juge que M. Daoust doit partir en raison des révélations sur la gouvernance du MTQ. La critique du PQ en matière de transport, Martine Ouellet, doit officialiser sa candidature à la direction cette semaine. Contrairement à son collègue, elle souhaite que M. Daoust vienne s'expliquer en commission parlementaire. La députée s'est étonnée de la sortie de M. Cloutier. «Ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça à la dernière course à la chefferie», a-t-elle observé.

HIVON VEUT RÉFORMER LE MODE DE SCRUTIN

La candidate à la direction du Parti québécois Véronique Hivon s'est engagée hier à réformer le mode de scrutin si elle devient première ministre. Elle déposerait une proposition de changement dans les 100 premiers jours de son mandat. La nouvelle formule devrait permettre selon elle que le pourcentage de votes obtenu par chaque parti soit mieux reflété dans la composition de l'Assemblée nationale. Elle se dit «ouverte» à ce que la réforme, qui ferait l'objet d'une «consultation non partisane», soit entérinée par la population au moyen d'un référendum. 

Mme Hivon va plus loin que l'ex-chef Pierre Karl Péladeau, qui s'était dit prêt à examiner une révision du mode de scrutin en vue de parvenir à une convergence avec les autres partis souverainistes. Mme Hivon a également promis d'assouplir la ligne de parti en instaurant le vote libre pour les députés sur des sujets qui ne concernent pas le programme du parti, les enjeux budgétaires et la confiance envers le gouvernement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer