Véronique Hivon lance sa campagne à la direction du PQ

Véronique Hivon s'est présentée avec sa fille Iris... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Véronique Hivon s'est présentée avec sa fille Iris et son mari Jacques Prégent à sa conférence de presse.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Joliette) La députée de Joliette Véronique Hivon s'est lancée officiellement dans la course à la direction du Parti québécois (PQ), cet après-midi, avec comme toile de fond la conciliation travail-famille. Elle a d'ailleurs annoncé que tout au long de sa campagne, elle consacrerait une journée par semaine à sa famille à l'écart de toute activité politique.

«Depuis le départ de Pierre Karl Péladeau, cette question de la conciliation famille-politique a beaucoup retenu l'attention et je dirais: enfin! Il est pratiquement impossible pour des parents de jeunes enfants d'aspirer aux plus hautes fonctions politiques tout en conservant un certain équilibre familial. Ce n'est pas normal de vivre une telle situation dans une société avancée et démocratique comme celle du Québec», a-t-elle déclaré à la centaine de militants qui se sont réunis dans un parc de Joliette pour appuyer sa candidature.

L'endroit n'était pas choisi au hasard. Tout au long de l'été, l'ancienne ministre déléguée aux Services sociaux fera une «tournée des parcs» pour aller à la rencontre des électeurs québécois, particulièrement les jeunes familles.

Mme Hivon a aussi indiqué qu'elle souhaite poursuivre dans la voie de la convergence souverainiste ouverte par Pierre Karl Péladeau. Il s'agit, selon elle, du legs le plus important laissé par son ancien chef, qui a quitté la tête du parti pour des raisons familiales il y a une semaine.

Sur la question de la souveraineté, Mme Hivon n'a pas voulu s'avancer sur l'éternelle question de la tenue d'un référendum lors d'un premier mandat du PQ. «À chaque fois qu'on va me parler de référendum, je vais vous répondre en parlant de souveraineté. Je pense qu'il est temps que l'on parle du projet et non pas de la mécanique et de date», a-t-elle déclaré.

Mme Hivon est la première candidate à se lancer officiellement dans la course à la direction depuis le départ de Pierre Karl Péladeau.

«Je n'ai rien d'un sauveur et je ne souhaite même pas trouver la féminisation exacte de ce mot. Je vous offre mon coeur, je vous offre ma détermination, ma persévérance, ma force de travail et de dialogue, mais je vous offre surtout mes convictions, mes idées et mes idéaux», a-t-elle déclaré.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer