Épuisé, le ministre de la Culture, Luc Fortin, sera remplacé

Luc Fortin... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Luc Fortin

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron, Jocelyne Richer
La Presse Canadienne

Un autre soldat du cabinet Couillard tombe au combat: le ministre de la Culture et des Communications, Luc Fortin, doit s'absenter pour des raisons de santé, pour une période indéterminée.

Les départs, démissions et congés forcés accablent le gouvernement libéral depuis quelque temps, mais le premier ministre Philippe Couillard a assuré néanmoins vendredi que son gouvernement demeurait stable, «bien au contraire».

Député de Sherbrooke, M. Fortin, âgé de 33 ans et père de trois jeunes enfants, qui est également responsable de la Charte de la langue française et responsable de la région de l'Estrie, doit prend un congé forcé, sur recommandation de son médecin.

Il n'a pas donné suite à une demande d'entrevue, vendredi.

Les responsabilités du ministre de la Culture ont été confiées à celle qui le précédait à ce poste, la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David, à l'exception de la responsabilité de la région de l'Estrie, qui est dévolue à son collègue de l'Agriculture et député de Brome-Missisquoi, Pierre Paradis.

Mme David demeurera ministre de l'Enseignement supérieur.

Le premier ministre n'a pas voulu confirmer qu'il s'agissait de surmenage, mais a eu de bons mots pour son jeune collègue, qui occupe ses fonctions depuis à peine deux mois.

«On est préoccupé pour lui, c'est d'abord de ça dont il faut parler», a-t-il déclaré dans un point de presse en marge d'un discours à Lévis.

«Luc est un jeune homme très talentueux qui a besoin de s'éloigner pour des raisons médicales. Je n'entrerai pas dans les détails. Il doit se reposer. (...) On veut qu'il revienne bien. On ne veut pas qu'il revienne n'importe quand, tout de suite, parce qu'il sait qu'on a besoin de lui.»

Il a indiqué que rien ne laissait croire à d'éventuels problèmes de santé lorsqu'il l'a nommé à la Culture, puisque c'était «un jeune homme de 33 ans, en pleine forme, avec une jeune famille».

Le premier ministre assure que son gouvernement est stable, même s'il a dû remanier son conseil des ministres trois fois depuis la fin de janvier.

«Au contraire, il faut maintenir la direction et la stabilité des décisions, c'est pour ça que les missions sont transférées, mais vous conviendrez avec moi qu'on n'a pas grand contrôle sur ce genre d'événements-là», a-t-il dit.

M. Fortin avait accédé au cabinet en janvier à titre de ministre délégué du Loisir et du Sport à la suite du remaniement de janvier. Mais ironiquement, M. Couillard avait dû une fois de plus brasser les cartes en février, à la suite du retrait de la vie publique du ministre de l'Éducation, Pierre Moreau, lui aussi pour des raisons de santé, et M. Fortin avait alors pris du galon pour devenir ministre de la Culture et des Communications. M. Moreau est en congé de maladie pour un temps indéterminé.

La ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, avait dû elle aussi prendre un congé forcé de trois mois, l'automne dernier, alors qu'elle avait la responsabilité de la Sécurité publique.

Rappelons aussi que la semaine dernière, Sam Hamad a dû démissionner de son poste de président du Conseil du trésor et de ministre responsable de la Capitale nationale, en raison d'allégations de trafic d'influence, comme le suggérait un échange de courriels avec le collecteur de fonds Marc-Yvan Côté.

Le portefeuille du Conseil du trésor a alors été confié à Carlos Leitao, qui est déjà ministre des Finances et du Revenu.

La responsabilité de la Capitale nationale a été attribuée au ministre de l'Emploi, François Blais.

Cloutier au repos

Dans les rangs péquistes, on doit aussi composer avec la maladie. Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, porte-parole en éducation, est lui aussi au repos forcé pour quelque temps, souffrant d'une pneumonie avec infection virale.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • La culture, vecteur de «bonheur»

    Nouvelles

    La culture, vecteur de «bonheur»

    Les arts et la culture sont bénéfiques pour l'économie, mais aussi pour l'atteinte du «bonheur collectif», a défendu vendredi matin Alexandre... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer