Jean Charest dit avoir dirigé un «gouvernement honnête et intègre»

Jean Charest... (PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Jean Charest

PHOTO ÉRICK LABBÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Jean Charest a assuré avoir dirigé un « gouvernement honnête et intègre », lundi, au moment où les pratiques du Parti libéral sont mises en cause par l'arrestation de Nathalie Normandeau et la controverse qui a forcé Sam Hamad à renoncer à son poste de ministre.

L'ancien premier ministre était de passage à l'Assemblée nationale pour participer à un événement du Groupe femmes, politique et démocratie.

Au terme de son discours, il a défendu le bilan éthique de son gouvernement, au moment où l'actuel premier ministre Philippe Couillard s'en distancie.

« J'ai été à la tête d'un gouvernement honnête et intègre », a déclaré M. Charest pendant un court point de presse.

« J'ai pris bonne note des conclusions de la commission Charbonneau, a-t-il poursuivi. Renaud Lachance, un des commissaires, a écrit qu'après quatre ans de travaux, ils n'avaient pas entendu de preuve qui faisait de lien entre le financement, la collusion et la corruption. »

Il faisait référence au rapport final de la Commission sur l'octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction, qui a été marqué par la dissension entre les commissaires Renaud Lachance et France Charbonneau sur l'existence d'un lien entre contrats publics et dons politiques au provincial.

M. Charest a de nouveau témoigné de sa confiance à Mme Normandeau, qui a été arrêtée dans une opération de l'UPAC et accusée de fraude, d'abus de confiance et de corruption

M. Charest a également dit faire confiance à Sam Hamad, qui a renoncé à son poste de président du Conseil du trésor la semaine dernière dans la foulée d'une affaire impliquant l'ex-ministre Marc-Yvan Côté et la société Premier Tech. 

« Triste », dit Marois

L'ancienne première ministre péquiste Pauline Marois, qui était également présente à l'événement, n'a pas voulu commenter les événements qui touchent le Parti libéral. Elle s'est toutefois permis une petite pointe à l'endroit de son ancien rival.

« La seule chose que je pourrais dire, c'est que c'est très dur pour nos institutions et c'est triste pour la démocratie », a-t-elle indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer