Scrutin proportionnel: Péladeau fait une offre à QS et ON

À l'ouverture d'un conseil national péquiste, Pierre Karl Péladeau... (Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

À l'ouverture d'un conseil national péquiste, Pierre Karl Péladeau a invité les militants à examiner la question du scrutin proportionnel.

Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Le chef du Parti québécois Pierre Karl Péladeau se dit maintenant prêt à examiner l'instauration d'un mode de scrutin proportionnel afin de convaincre Québec solidaire et Option nationale de former une « convergence des forces souverainistes » en vue du prochain scrutin.

La promesse d'instaurer un mode de scrutin proportionnel ne fait plus partie du programme du PQ au moins depuis 2011.

Dans son discours devant environ 400 militants réunis en conseil national à Trois-Rivières, M. Péladeau a déclaré qu'il veut « innover et explorer les possibilités menant à une convergence réelle ».

« Les sujets menant à la convergence sont nombreux. Notre mode de scrutin, par exemple. Certains croient qu'il devrait favoriser des élections à la proportionnelle. Eh bien travaillons-y et examinons cela ! » a-t-il lancé.

Il cherche ainsi à lever un obstacle dans les discussions avec QS et ON. « Nous n'avons jamais prétendu que la convergence des forces souverainistes adviendrait du jour au lendemain », a-t-il dit. « Toutefois, une chose est certaine, il faut continuer de travailler ensemble et de multiplier les occasions de rencontre et de discussion avec des souverainistes de tous horizons. » Il dit avoir « la conviction que le projet qui unit les indépendantistes est plus grand que tout ce qui pourrait les diviser ».

Pour la députée Véronique Hivon, responsable de la convergence des souverainistes, M. Péladeau pose un « geste d'ouverture significatif » envers QS et ON. « Pas plus tard que cette semaine Françoise David disait vraiment que c'était pour eux un enjeu-clé », l'instauration d'un mode de scrutin proportionnel. « Et aujourd'hui, c'est une ouverture que vient de faire le chef du Parti québécois et je pense que c'est très porteur pour la suite des choses. »

L'introduction d'un élément proportionnel dans le mode de scrutin vise à ce que la répartition des sièges à l'Assemblée nationale reflète davantage les résultats obtenus par chaque parti à l'échelle nationale. Une association de circonscription soumet au Conseil national une proposition sur le sujet.

Paradis fiscaux 

Dans son discours, M. Péladeau a abordé de front la question des paradis fiscaux qui l'a plongé dans l'embarras au cours des dernières semaines. Au Conseil national, dans un petit pied de nez au chef, une association de circonscription du PQ soumet aux délégués une proposition pour que le parti s'engage à lutter contre les paradis fiscaux.

M. Péladeau a voulu désamorcer l'affaire dès l'ouverture du Conseil national. Il a souligné qu'un grand nombre de pays se sont engagés dans la lutte contre l'évasion fiscale. Mais « dans la fédération canadienne, nous sommes condamnés à regarder un spectacle dans lequel le Canada ne déploie aucun effort ». En devenant un pays, « le Québec pourra devenir un acteur majeur dans la lutte contre l'évasion fiscale, voire une référence mondiale », a-t-il soutenu.

Pierre Karl Péladeau a passé la majeure partie de son discours à condamner « la performance anémique » du gouvernement Couillard et son « incompétence » en matière d'économie.

Un peu plus tôt, Bernard Drainville a pris la parole devant les militants pour souligner le travail des députés péquistes contre « l'austérité libérale qui appauvrit à peu près tout ce qui bouge au Québec, sauf peut-être les amis de Gaétan Barrette ». « On fait tellement suer les libéraux, c'est de toute beauté ! » a-t-il lancé. Surtout, il s'est employé à vanter les mérites de son chef. « On a un chef qui énerve de plus en plus les libéraux. Pierre Karl les fatigue. À chaque question, Philippe Couillard devient de plus en plus rouge. On voit sa pression monter. Il n'aime pas ça répondre aux questions de Pierre Karl (...). Philippe Couillard sacrifie les emplois, Pierre Karl les défend. Il se bat pour le Québec. Pierre Karl nous rallie et nous stimule ! » a-t-il ajouté.

Bombardier

M. Péladeau rencontrera lundi la direction de Bombardier, comme le chef caquiste François Legault l'a fait vendredi. Le chef péquiste maintient que le gouvernement doit renégocier son entente portant sur l'investissement de 1,3 milliard de dollars dans la C Series. Selon lui, le gouvernement doit rendre publique l'entente. Il craint que M. Couillard « s'écrase » devant Ottawa et accepte d'appuyer le projet d'oléoduc d'Énergie Est en échange d'un investissement dans Bombardier de la part du fédéral. « Va-t-il s'abaisser à accepter Énergie Est ? a-t-il lancé. Monsieur Couillard, c'est non à Énergie Est sans l'appui des Québécois et sans son assujettissement aux lois du Québec, et non au marchandage avec le fédéral. »

Réunis en conseil national, les militants vont adopter la démarche devant mener au congrès des membres, prévu en juin 2017. Le PQ adoptera un nouveau programme à cette occasion. Il modifiera entre autres l'article 1 portant sur la souveraineté, qui prévoit la tenue d'un référendum « au moment jugé approprié par le gouvernement ». Sa commission politique soumettra cet automne une proposition principale, donc la vision de la direction du parti sur la démarche souverainiste. Les militants seront appelés à se prononcer sur cette proposition au cours de congrès de circonscription et de congrès régionaux. Le programme sera officiellement adopté au congrès national.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer