Sirop d'érable: vers l'abolition des quotas

Québec s'apprête à abolir les quotas dans l'industrie du sirop d'érable et à... (PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Québec s'apprête à abolir les quotas dans l'industrie du sirop d'érable et à desserrer l'emprise de la Fédération des producteurs acéricoles sur ce secteur.

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, a rendu public jeudi le rapport produit par l'ancien sous-ministre Florent Gagné et intitulé Pour une industrie acéricole forte et compétitive. Il avait commandé ce rapport l'an dernier, déplorant que la position du Québec comme chef de fil mondial de la filière acéricole est en déclin.

«Le modèle québécois doit évoluer s'il veut survivre. C'est un modèle qui, au-delà de ses succès, s'est avéré rigide, technocratique, centralisé et contrôlant», résume Florent Gagné.

À l'heure actuelle, la Fédération attribue des quotas pour la production de sirop d'érable. Il faut mettre fin à ce système, selon M. Gagné. Des producteurs qui veulent développer des entailles sont en attente depuis des années pour obtenir un feu vert, a-t-il déploré.

À l'heure actuelle, un producteur doit obligatoirement faire affaire avec l'agence de vente gérée par la Fédération des producteurs acéricoles pour son sirop vendu en vrac, dans des contenants de plus de cinq litres. La Fédération prélève 12 cents par litre de sirop produit. Un producteur échappe à cette taxe lorsqu'il vend à des particuliers, dans son établissement ou dans un événement de type marché agricole, du sirop dans des contenants de moins de cinq litres.

Le rapport Gagné propose un changement majeur: un producteur devrait pouvoir vendre à un intermédiaire son sirop dans des contenants de moins de cinq litres sans passer par la Fédération. Il échapperait au prélèvement. De plus, Florent Gagné recommande de permettre à un producteur de se retirer du système de mise en marché collective (y compris pour le vrac) en autant qu'il accepte de payer la taxe à la Fédération.

Le rapport Gagné préconise la maintien de la fameuse Réserve stratégique de sirop d'érable, qui a défrayé les manchettes à travers le monde à la suite d'un vol inusité en 2012. Mais la Fédération doit en faire une gestion «plus dynamique», «mettre l'accent sur la qualité du produit et sur l'adaptation de ses méthodes de vente aux attentes et aux besoins des acheteurs». La Fédération devrait également revoir ses pratiques et ne plus causer de «tracas administratifs» aux producteurs, stipule le rapport.

Pierre Paradis a clairement fait savoir qu'il entend mettre en oeuvre les recommandations du rapport Gagné. «Je n'ai pas la réputation de tabletter des rapports», a-t-il dit en conférence de presse aux côtés de Florent Gagné.

«En une dizaine d'années, nous avons perdu 10 % de nos parts de marché à l'échelle mondiale, et, si rien ne change, c'est un autre 10 % qui sera perdu d'ici 2025. Le repositionnement de cette industrie est devenu incontournable. En me projetant en 2025, je ne voulais pas laisser le souvenir d'un ministre qui n'a pas posé les gestes nécessaires pour enrayer ce déclin», a ajouté M. Paradis.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer