Exploration à Anticosti: les libéraux pas politiquement responsables, dit Arcand

« En investissant dans l'exploration d'hydrocarbures à Anticosti, le... (Archives La Presse)

Agrandir

« En investissant dans l'exploration d'hydrocarbures à Anticosti, le gouvernement du Québec est devenu le seul territoire en Amérique du Nord à financer cette activité à même les fonds publics », écrivent les auteurs.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a contredit l'entreprise Pétrolia, vendredi, en déchargeant le gouvernement libéral de toute responsabilité dans l'exploration pétrolière sur Anticosti.

M. Arcand a attribué à Investissement Québec, alors sous la responsabilité de son collègue Jacques Daoust, l'initiative des discussions, en 2012, qui ont mené à un engagement financier conclu par le gouvernement péquiste en 2014.

En décembre dernier, alors que le premier ministre Philippe Couillard s'était dissocié du projet de développement d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti, Pétrolia avait publié un communiqué évoquant une initiative libérale.

L'entreprise avait affirmé que son association conclue en 2014 avec Québec était le produit de discussions «avec deux gouvernements successifs».

La négociation des ententes ayant conduit à la création de la coentreprise Hydrocarbures Anticosti SEC a débuté en août 2012 sous un gouvernement libéral, avait précisé Pétrolia.

Vendredi, dans un point de presse, M. Arcand a déclaré que les libéraux n'étaient pas politiquement responsables de cette décision d'amorcer les discussions.

«On n'a jamais discuté de ça au conseil des ministres, alors il n'a jamais été question de ça, a-t-il expliqué. Il y a eu des discussions au niveau d'Investissement Québec mais pas au niveau politique comme tel.»

Selon M. Arcand, «les éléments politiques sont arrivés sous la gouverne du Parti québécois».

Dans un échange avec la presse parlementaire, M. Arcand a concédé qu'en 2012, Investissement Québec était sous la direction de M. Daoust, maintenant ministre des Transports.

«C'était M. Daoust à ce moment-là», a-t-il dit.

De 2006 à 2013, M. Daoust a été président-directeur général d'Investissement Québec, une société d'État dont le mandat est le développement économique.

Vendredi, Le Journal de Québec a rapporté qu'un engagement pour l'achat d'actions de trois entreprises présentes sur Anticosti avait été conclu cinq jours avant l'élection du gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Dans une lettre d'entente datée du 29 août 2012, deux vice-présidents de Ressources Québec, filiale d'Investissement Québec, proposaient d'acquérir des actions de Pétrolia, Maurel & Prom et Corridor Ressources pour explorer le sous-sol d'Anticosti, un partenariat de 70 millions.

En février 2014, Mme Marois a annoncé deux ententes avec ces entreprises pour un investissement à terme de 115 millions dans l'exploration des hydrocarbures d'Anticosti.

Une filiale d'Investissement Québec, Ressources Québec, devait injecter 56,6 millions dans une coentreprise dont les partenaires sont Pétrolia, Corridor Resources et Maurel & Prom, avec qui la phase de forages stratigraphiques a été effectuée.

L'accord prévoyait également que Ressources Québec verse 13,3 millions à Corridor pour une participation additionnelle dans la coentreprise.

Investissement Québec n'a pas révélé la hauteur des sommes versées pour les travaux jusqu'ici, mais une source a confirmé à La Presse Canadienne qu'ils se situaient à quelque 24 millions.

Une seconde entente pour la création d'une coentreprise avec la société Junex prévoyait que Ressources Québec débourse 90 millions pour un autre projet d'exploration sur l'île.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer