Nominations partisanes: les libéraux sont incohérents, dit la CAQ

Pietro Perrino... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pietro Perrino

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Les libéraux font preuve d'incohérence avec les nominations partisanes comme celle de Pietro Perrino au poste de nouveau secrétaire général adjoint du ministère du premier ministre, estime la Coalition avenir Québec.

Le député caquiste Éric Caire a rappelé jeudi que la ministre des Relations internationales, Christine Saint-Pierre, avait dénoncé ce type de récompense quand le Parti québécois était au pouvoir.

Lors d'un point de presse, M. Caire a affirmé que M. Perrino et l'ex-ministre libéral Georges Farrah, tous deux nommés avant Noël, sont des «gagnants à vie».

Les deux hommes, qui avaient été nommés dans la haute fonction publique avec le statut de contractuel, dès le retour au pouvoir des libéraux en 2014, ont obtenu leur permanence quelques jours avant la fin de l'année 2015.

M. Farrah, ancien président-directeur général de la Société des traversiers du Québec, a été titularisé dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général associé au Conseil exécutif, le ministère du premier ministre.

M. Perrino, qui a également obtenu une permanence à titre de secrétaire général associé au ministère de M. Couillard, est un militant libéral de longue date.

Son fils Nicolas a également été à la tête de l'aile jeunesse du Parti libéral du Québec jusqu'au 30 janvier dernier, tandis que son épouse, Josée Guillemette, a été directrice de cabinet du ministre Geoffrey Kelley jusqu'en décembre dernier.

Le nom de Mme Guillemette, qui occupe maintenant un poste au gouvernement fédéral, a circulé, l'automne dernier, pour la candidature libérale dans la circonscription de Fabre, où le PLQ a finalement choisi de faire élire Monique Sauvé.

Jeudi, M. Caire s'est particulièrement concentré sur le cas de M. Perrino, dont il a remis la compétence en question.

«Si le premier ministre veut s'entourer d'incompétents, ça le regarde, le problème, c'est quand le premier ministre en fait un permanent de la fonction publique, ça, ça devient notre problème», a-t-il dit.

Le député caquiste a notamment rappelé que M. Perrino avait effectué un passage «douteux» dans le secteur des fonds d'investissements régionaux mis en place par Investissement Québec, il y a quelques années.

«C'est un donateur assidu du Parti libéral, a-t-il dit. C'est aussi quelqu'un qui s'est distingué par un passage douteux au FIER-Boréal, qui avait la mission d'investir dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean et qui n'a investi aucun sou du FIER dans cette région-là, mais qui a investi, semble-t-il, 7 millions $ dans ses entreprises», a-t-il dit.

Selon M. Caire, M. Perrino a facilité l'octroi d'un contrat à l'entreprise BCIA, une agence de sécurité controversée, alors qu'il était administrateur de la Société des alcools du Québec.

«C'est aussi quelqu'un qui s'est distingué pour son passage au conseil d'administration de la SAQ, qui a permis à BCIA, agence de sécurité avec laquelle il a des liens, de devenir partenaire de la SAQ», a-t-il dit.

Pris dans la tourmente de sa double nomination, l'ancien chef péquiste André Boisclair avait renoncé à sa permanence en 2012, a rappelé M. Caire.

Selon le député, le premier ministre Philippe Couillard doit renoncer à titulariser ses deux secrétaires généraux associés.

«Ce qu'on leur demande dans le fond, c'est d'essayer d'élever ce niveau d'éthique-là à peu près au niveau du Parti québécois, ce qui n'est pas en soi mettre la barre très haute, a-t-il dit. Mais au moins, si on atteignait ce plancher-là, et de reculer sur cette nomination-là, comme les libéraux l'avaient demandé à Mme Marois à l'époque. Alors, je pense qu'il faut effectivement qu'ils soient un petit peu cohérents avec eux-mêmes.»

En marge d'un caucus libéral, jeudi, Mme Saint-Pierre a refusé de commenter les nominations de M. Perrino ou de M. Farrah.

Mme St-Pierre avait invité les péquistes à faire marche arrière sur la double nomination de M. Boisclair, en décembre 2012.

Le leader parlementaire péquiste Bernard Drainville a affirmé que M. Perrino devrait songer à renoncer à son poste permanent, en plus de plaider pour l'adoption de critères pour la titularisation de haut fonctionnaire qui ne sont pas déjà des employés de l'État.

«Ce n'est pas parce que tu proviens de la filière libérale que tu es nécessairement incompétent, mais ce n'est pas parce que tu proviens de la filière libérale que tu es nécessairement compétent non plus», a-t-il dit.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer