Exclusif

Une haute fonctionnaire payée 180 000 $ sans se présenter au travail

Depuis sa mise sur la touche, France Boucher... (Photo Erick Labbé, archives Le Soleil)

Agrandir

Depuis sa mise sur la touche, France Boucher a bénéficié de toutes les augmentations prévues aux conditions de travail des cadres supérieurs : son salaire actuel atteint 180 000 $ par année.

Photo Erick Labbé, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Au moment où il serre la vis au secteur public et aux assistés sociaux, le gouvernement Couillard tolère depuis deux ans qu'une membre de la haute fonction publique, issue de la filière libérale, reçoive un salaire imposant sans même se rendre au travail.

Depuis le printemps 2014, France Boucher, ancienne présidente de la Régie du cinéma, touche un salaire de 180 000 $ par année sans même se présenter au bureau. Cette avocate de 55 ans avait été éjectée de son poste à l'automne 2012 par le gouvernement de Pauline Marois, qui voulait y placer un sympathisant péquiste.

Mme Boucher avait été alors « prêtée » en décembre 2012 à la Régie des installations olympiques, où elle n'a, en pratique, jamais travaillé. Elle avait demandé et obtenu un congé de maladie, qui a duré 15 mois et s'est terminé au printemps 2014.

Vendredi au cabinet de Philippe Couillard, à l'évidence agacé, on n'avait pas d'explications. « Je n'ai aucun commentaire à faire », a laissé tomber Charles Robert, l'attaché de presse du premier ministre, renvoyant La Presse au Secrétariat aux emplois supérieurs. « Je n'aurai pas de commentaires sur un cas particulier, sur la situation de Mme Boucher », a déclaré André Fortier, le patron du Secrétariat. Mme Boucher n'a pas répondu aux messages laissés sur la boîte vocale de son cellulaire ainsi que sur sa page Facebook.

NOUVEAU CONGÉ

La fin de son congé de maladie était survenue autour du retour au pouvoir du PLQ au printemps 2014. Après une brève « réintégration progressive », la Régie des installations olympiques avait été prévenue que Mme Boucher était à nouveau en congé « pour une période indéterminée », a expliqué Cédric Essiminy, porte-parole de la RIO. La RIO avait informé le Secrétariat aux emplois supérieurs de la situation, en mai 2014.

« Depuis, elle n'a pas réintégré son milieu de travail. » - Cédric Essiminy, porte-parole de la RIO

En fait, on indique que Mme Boucher, en pratique, n'est pas venue à la RIO depuis son déplacement, en décembre 2012, hormis pour de rares entretiens avec le président de l'époque, David Heurtel. Elle n'y a pas de bureau, confirme M. Essiminy, et ne figure pas au registre téléphonique électronique de l'organisme, a observé La Presse.

Issue de la filière partisane, elle avait été délogée à la Régie du cinéma par Michel Létourneau, militant péquiste de longue date, proche des milieux culturels.

Depuis sa mise sur la touche, elle a bénéficié de toutes les augmentations prévues aux conditions de travail des cadres supérieurs. Son salaire actuel atteint 180 000 $ par année, versé par la Régie du cinéma, en vertu d'une entente avec le ministère de la Culture.

DES NOTES DE FRAIS

Des sources proches du Conseil du trésor ont grincé des dents quand Mme Boucher, toujours sans se présenter au travail, a envoyé des notes de frais. Sa participation à trois formations pour cadres, à Québec, a coûté l'an dernier environ 2000 $ en frais de déplacement et en restaurant. Originaire de Québec - elle est la fille de la défunte mairesse Andrée Boucher - , la fonctionnaire n'a toutefois pas réclamé le remboursement de frais d'hébergement.

À Québec, on trouve plus d'un cas de hauts fonctionnaires grassement payés même s'ils traversent une panne sur le plan professionnel. Ils conservent leur salaire d'administrateur d'État même si les mandats qu'on leur confie ne correspondent pas à leur niveau. Mais ces « tablettés », libéraux comme péquistes, se présentent au bureau.

Avant d'être nommée administratrice d'État, Mme Boucher avait passé plusieurs années dans des cabinets ministériels du gouvernement Bourassa. Cette avocate avait obtenu la permanence et était passée par le Conseil exécutif puis par la Commission du territoire agricole, avant de devenir sous-ministre adjointe à la Culture. Le gouvernement Charest l'avait nommée présidente de l'Office québécois de la langue française. Au dossier linguistique, elle avait eu quelques frictions avec la ministre responsable du dossier à l'époque, Christine St-Pierre. Mme Boucher avait été nommée en 2010 présidente de la Régie du cinéma.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer