Le PQ doit se rapprocher des non-francophones, dit Péladeau

Le chef Pierre Karl Péladeau doit prononcer des... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

Le chef Pierre Karl Péladeau doit prononcer des allocutions samedi et dimanche.

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le Parti québécois doit se rapprocher des anglophones et des communautés culturelles, a reconnu son chef Pierre Karl Péladeau, samedi.

« On n'a peut-être pas mis suffisamment l'accent sur le fait que l'indépendance, c'est bon pour l'ensemble des citoyens, pour toutes les communautés », a indiqué M. Péladeau à son arrivée au Conseil national du PQ.

Le chef péquiste s'est engagé à « multiplier les rendez-vous » avec les Québécois non francophones.

« Il faut renouer l'échange et le dialogue avec les communautés », a-t-il indiqué.

Dans un discours devant 350 délégués à Sherbrooke, il a présenté les réfugiés syriens qui arriveront au Québec dans les prochaines semaines comme « nos nouveaux compatriotes ». Il a dit souhaiter qu'ils soient « reçus dans les meilleures conditions et accompagnés des meilleures ressources » pour réussir leur arrivée.

La fin de semaine dernière, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé que le Parti québécois et la Coalition avenir Québec traînent un « lourd passif » sur la question des nouveaux arrivants. Il a cité en exemple la Charte des valeurs qui a été vivement contestée dans les communautés culturelles.

« Notre défi, c'est de combattre les préjugés négatifs dont on nous a affublés », estime le député Maka Kotto.

« On avait peut-être ralenti (les efforts de rapprochement) avec les événements post-référendum, a convenu la députée Carole Poirier. Et là, on repart cette machine pour aller vendre notre projet de pays. »

Les lieutenants de M. Péladeau n'ont toutefois pas fourni davantage de précisions sur les prises de position qu'ils comptent adopter pour se rapprocher des anglophones et des allophones. Et aucun n'a remis en question la controversée Charte des valeurs défendue par le gouvernement Marois.

« De dire aujourd'hui que la laïcité n'est plus à l'ordre du jour, c'est ne pas lire l'actualité internationale, a noté le député Jean-François Lisée. On a un groupe islamofasciste qui propose un État religieux dictatorial. Notre réponse, c'est un État laïc, ouvert à tous, ouvert à toutes les religions, ouvert à toutes les croyances, ouvert à toutes les origines, mais dont le point de ralliement n'est pas la religion. »

Le rapprochement annoncé avec les communautés culturelles coïncide avec la publication d'un sondage Léger Marketing réalisé pour le compte du Devoir et du Journal de Montréal, qui place le PQ largement en tête des intentions de vote chez les francophones (38%). En revanche, le parti indépendantiste ne recueille que 10% des appuis chez les non-francophones.

Résultat : le Parti libéral reste en tête des intentions de vote au Québec avec 35% des appuis, contre 32% pour le Parti québécois et 20% pour la Coalition avenir Québec.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer